4 Rapporteurs Spéciaux des Nations Unies dénoncent les Expatriations Forcées Massives de Cuba

EN RÉPONSE À LA PLAINTE DÉPOSÉE EN JUIN PAR PRISONERS DEFENDERS…

Dans un rapport approfondi et incisif (20 pages et 72 cas de militants poursuivis analysés), 4 rapporteurs spéciaux des Nations Unies (Liberté d’Opinion et d’Expression, Réunion Pacifique et d’Association, Défenseurs des Droits de l’Homme et des Droits de l’homme des Migrants) dénoncent « le modèle de persécution des défenseurs/défenseuses des droits de l’homme cubains, des journalistes critiques à l’égard du régime ou actifs dans le domaine des droits de l’homme ou des militants de la part des autorités cubaines et d’autres violations de leurs droits humains ».

  • Se déclarent préoccupés par le « modus operandi généralisé de coercition, marqué par l’usage de la force physique, des peines de prison, des perquisitions dans leurs maisons, des détentions arbitraires et des menaces de mort, afin qu’ils quittent explicitement le pays définitivement ».
  • Ils se déclarent préoccupés par « l’absence de base juridique pour les expatriations ou les menaces d’expatriation, étant donné qu’il n’existe ni jugement ni document administratif justifiant les contraintes ou expatriations mentionnées à Cuba. De même, les violations auxquelles ils sont soumis après avoir quitté le pays ».
  • Ils s’inquiètent de « la participation de la compagnie aérienne avec une majorité de la capitale vénézuélien, Aruba Airlines, qui, si elle était vraie, avertirait de son implication dans les expatriations forcées, agissant contre la défense des droits humains ». Il indique également la plainte selon laquelle Eliécer Góngora Izaguirre, selon ses informations, “aurait été conduit de force à l’aéroport, puis contraint de prendre un avion d’Aruba Airlines à destination de la Guyane, sans avoir personnellement acheté et reçu un billet d’embarquement, bien que la compagnie aérienne ait ultérieurement soutenu qu’il existait un billet d’avion émis au nom de M. Góngora Izaguirre. Les informations disponibles indiquent que ledit billet a été émis par la compagnie aérienne une heure avant son paiement en espèces. ” Selon les informations dont ils disposent, il semblerait que la compagnie aérienne avec la majorité de capital vénézuélien Aruba Airlines ait contribué à faciliter l’expatriation forcée de deux des cas présentés précédemment” (cas d’Eliécer Góngora Izaguirre et de Daniel Llorente Miranda).

Prisoners Defenders rappelle qu’Aruba Airlines, la flagship d’Aruba (Royaume des Pays-Bas), ne serait pas autorisée à détenir plus de 30% de capital étranger, conformément au Décret Ministériel DL / 121257-A & DL / 1131-2012 du 15 septembre , 2012. Il n’aurait pas non plus pu opérer aux États-Unis s’il avait actionnariat à majorité vénézuélienne, en vertu de l’Accord Bilatéral entre Aruba et les États-Unis, , en date du 18 septembre 1997, qui précise que les actions doivent, pour l’essentiel, être des ressortissants du Royaume des Pays-Bas.

Toutefois, le 16 juin 2013, Aruba Airlines a déclaré sa participation devant le US Department of Transportation dans un communiqué officiel, tel qu’un 90% sont entre les mains de Seastar Holding, NV, société dont le propriétaire était Fuad Fadel, citoyen vénézuelien. Au cours de ces années, la société était à 90% vénézuélienne et opérait normalement sous le nom d’Aruba Airlines, la compagnie aérienne «phare» d’Aruba, pouvant être, selon sa propre déclaration au Département Américain du Commerce, 90% vénézuélienne. Les autres 10%, entre les mains d’un citoyen, véritable créateur industriel et entrepreneur de la société, Onno de Swart, ont même été vendus plus tard par lui à Seastar Holding, NV lorsque, après la mort de Fuad Fadel, Seastar Holding a été héritée, à la surprise de tous et sur la base de prétendus actes notariés vénézuéliens, non par sa famille, mais par “d’amis vénézuéliens”, qui sont rapidement entrés en conflit avec l’architecte et entrepreneur de la société, Onno de Swart, qui les a traduit en justice. Par conséquent, la société aurait pu fonctionner pendant des années avec des capitaux vénézuéliens, en violation des réglementations du Royaume des Pays-Bas.

L’ONU a transmis la présente plainte aux autorités de ce pays, ainsi qu’à la compagnie Aruba Airlines : « Nous vous informons qu’une lettre sur la même question a également été adressée au gouvernement du Royaume des Pays-Bas et à la compagnie Aruba Airlines.” ».

Cuba n’a PAS répondu (nous avons consulté la publication du 3/112019 à 21 heures, heure de Madrid), assumant par son absence de réponse ce qu’on appelle dans le système juridique international l’acceptation tacite des accusations, ou « qui siluit quun Loqui et decuit et protuit, consentire videtur », c’est-à-dire que si celui qui peut et doit parler ne le fait pas, il faut conclure qu’il consent.

ACCÈS AU RAPPORT COMPLET DE L’ONU

Javier Larrondo, Président de Prisoners Defenders, menacé

Les quatre rapporteurs adressent un avertissement et appellent l’attention du Gouvernement cubain sur les « menaces proférées par la compagnie aérienne Aruba Airlines contre M. Javier Larrondo Calafat, défenseur des droits de l’homme et représentant des victimes des actions susmentionnées. »

La Charte des Nations Unies est maintenant publiée à la suite de la Prisoners Defenders complaint in June 2019.

Déclarations de Prisoners Defenders

Prisoners Defenders, dans le sillage des Nations unies, demande à Cuba de cesser «le harcèlement, les menaces et les expatriations forcées de défenseurs/défenseures des droits de l’homme, des journalistes et des militants sociaux et politiques dans le cadre de la réforme migratoire de 2013 qui, tout en supprimant la restriction d’un permis spécial de voyager à l’étranger, réserve au gouvernement cubain de larges pouvoirs discrétionnaires pour restreindre le droit de voyager pour des raisons de “défense et de sécurité nationale” ou “autres raisons d’intérêt public”.»

Prisoners Defenders, saisit l’occasion de rappeler le précédent communiqué des Nations Unies dénonçant les événements et les circonstances de l’arrestation de José Daniel Ferrer, Fernando González Vaillant, José Pupo Chaveco et Roilán Zárraga Ferrer, et exhorte Cuba à se conforme immédiatement aux exigences explicites des Nations Unies concernant le cas de José Daniel Ferrer, tels qu’exprimés par le Haut-Commissaire aux Droits de l’Homme dans sa lettre du 29 octobre, et libérant en conséquence José Daniel Ferrer, Roilán Zárraga Ferrer, José Pupo Chaveco et Fernando González Vaillant.

Déclarations de Javier Larrondo, président de Prisoners Defenders :

« Nous apprécions l’immense travail de documentation de l’Équipe des Procédures Spéciales et de l’Équipe du Haut-Commissaire des Nations Unies aux Droits de l’Homme dans ces affaires. L’Organisation des Nations Unies s’aligne, sur la base de dures réalités, sur les rapports de la Commission Interaméricaine des Droits de l’Homme, de l’Organisation des États Américains, d’Amnesty International, de Freedom House, de Civil Rights Defenders , de Prisoners Defenders et de nombreuses autres entités, et même des états, comme les États-Unis, qui connaissent et dénoncent tous les alliances entre le Venezuela et Cuba et comment ce pays ne viole pas seulement les droits de l’homme sur son territoire, mais l’exporte également vers des pays tels que le Venezuela, le Nicaragua, La Bolivie et le Brésil, appartenant déjà au passé, de Dilma Rousseff, et autres États. »

« Cuba est en train de créer une situation de guerre froide en Amérique latine avec l’appui et le soutien de la violation systématique des démocraties et des droits de l’homme, par le Forum de São Paulo et l’alliance avec des hordes de partis et d’organisations bien populistes, soit anti-démocratiques, soit même violentes, en tant que grand défenseur idéologique de toutes et fournisseur de propagande, influence internationale (nomination récente de Venezuela au Conseil des Droits de l’Homme, moquerie du système mondial des droits de l’homme), changements dans les statistiques de la santé publique propres et étrangères, [1] ,[2]  quand ils ont leur peuple dans l’esclavage et la misère la plus absolue. »

« Un acteur majeur sur cette scène publique nous manque, l’Union européenne. Dans Prisoners Defenders, une entité qui se déclare profondément et avec conviction européiste, et qui défend l’Union et les principes de celle-ci fondés sur les droits de l’homme, nous ne comprenons pas l’éloignement de la réalité qui fait que sa politique étrangère ne s’allie pas avec les défenseurs des droits de l’homme en Amérique, tels que la Commission Interaméricaine des Droits de l’Homme, l’Organisation des États Américains, et les nations qui sont conscientes du danger que Cuba représente pour toute sa région et ses habitants. »

À PROPOS DES DÉFENSEURS DES PRISONNIERS CUBAINS

Cuban Prisoners Defenders est un groupe indépendant d’analyses, d’études et de poursuites judiciaires qui regroupe tous les groupes dissidents de l’île et les proches des prisonniers politiques afin de recueillir des informations et de promouvoir la liberté de tous les prisonniers politiques et de leurs droits humains à Cuba.

Cuban Prisoners Defenders fait partie de Prisoners Defenders International Network, une association légalement établie basée à Madrid, en Espagne, dont le centre d’action est la promotion et la défense des droits de l’homme et des valeurs démocratiques et dont l’adresse Internet est www.prisonersdefenders.org.

Les travaux de Cuban Prisoners Defenders sont adoptées par de nombreuses institutions et sont envoyées, entre autres, à l’Organisation des Nations Unies, à l’Organisation des États américains, à la Commission Interaméricaine des Droits de l’Homme, à Amnesty International, Human Rights Watch, Civil Rights Defenders, Freedom House, Parlement Européen, Congrès et Sénat des États-Unis, FNCA, ASIC, UNPACU, Gouvernement Espagnol, Fundación Transición Española, International Institute on Race, Equality and Human Rights, FANTU, Partido por la Democracia Pedro Luis Boitel, Colegio de Pedagogos Independiente de Cuba y Movimiento Ciudadano Reflexión y Reconciliación, parmi de nombreuses autres institutions et organisations d’égale importance.

DEMANDE DE RAPPORTS: Entités souhaitant recevoir les travaux de Cuban Prisoners Defenders (liste des prisonniers politiques et consciencieux, études juridiques sur les prisonniers politiques, études juridiques sur Cuba, études sur la répression et les prisons à Cuba, etc.) et ceux qui ne les reçoivent pas régulièrement peuvent contacter Prisoners Defenders à info@prisonersdefenders.org ou par téléphone / whatsapp au +34 647564741. Désengagement : Prisoners Defenders génère son contenu et ses rapports en espagnol, et les traduit ultérieurement dans d’autres langues dans le seul but de faciliter la lecture, mais en cas de besoin de nuance ou de désengagement, ce sont les rapports produits en espagnol qui prévalent et sont officiels dans le titre de cette entité, sauf indication contraire explicite.

Notre site Web est www.prisonersdefenders.org et notre page facebook est https://www.facebook.com/CubanDefenders. De plus, notre Twitter est @CubanDefenders.


[1] Voir le rapport publié pour AMLAT, pages 9 et suivantes : https://drive.google.com/open?id=1K6SF-OFayVgxaUvZNFQ4WZUomUUlxFVn

[2] Coupure de presse concernant la plainte d’une mission médicale contre Cuba à la CPI : https://drive.google.com/open?id=1RHk4CEUXpYVssXxsENfkkiy5dqlveCX9

Share:

Author: Prisoners Defenders

Deja un comentario

Tu dirección de correo electrónico no será publicada. Los campos obligatorios están marcados con *