Cuba est en train de tuer José Daniel Ferrer aux yeux du monde

Aujourd’hui matin, le 7 novembre 2019, l’épouse de José Daniel Ferrer, Nelva Ismarays Ortega Tamayo, et trois enfants mineurs de José Daniel Ferrer García, dirigeant de l’Union patriotique de Cuba, UNPACU, ont pu confirmer qu’on assassine lentement l’opposant.

Il a été vu dans un bureau et en présence d’un officier, à la prison Aguadores de Santiago de Cuba pendant 5 minutes, où il a pu raconter très rapidement tout ce qui lui est arrivé. La visite a pris fin lorsque José Daniel a déchiré l’uniforme de la prison qu’on lui avait imposé, ce qui a permis à la famille d’apprécier les traits de la torture sur tout son corps.

LE TUENT AU RALENTI ET DEVANT LE MONDE ENTIER

Nelva Ismarays Ortega Tamayo, spécialiste de médecine générale intégrée à Cuba, enregistrée sous le numéro 186670, et épouse de José Daniel Ferrer, a posé le diagnostic médical suivant sur son état au moyen d’un bref examen de la vue, corroboré par tous les témoins présents, fils et filles de la victime :

  • Il a perdu plus de la moitié de son poids corporel.
  • Il est courbé et a à peine pu les embrasser, ce qui signifie qu’il n’a presque pas de force musculaire.
  • Il a aussi beaucoup perdu la vue et la voix.
  • Il ressemble à un vieil homme très malade.
  • Il a une partie du visage rayée, des hématomes sur le thorax, l’abdomen, les membres supérieurs, les membres inférieurs et le dos.
  • Sur le dos, il y a des traces de brûlures par frottement et des marques de coups de bâton.

Comme ils fournissaient des eaux sales et / ou semi-fécales, fétides et pestilentiel, pour boire et des aliments gâtés qui causaient une vive acidité à sa maladie chronique déjà aggravée, à savoir la gastrite et l’ulcère, avec laquelle il était déjà entré en prison, José Daniel a raconté à sa famille qu’il avait entamé une grève de la faim, partie du temps aussi de soif, pendant 25 jours, à compter du 6 octobre, alors qu’il était à l’Unité Provinciale d’Instruction Criminelle de Santiago de Cuba.

Il a raconté que, dans cet état, il avait été transféré à la prison Aguadores le 9 octobre et placé en cellule disciplinaire. Dans cette prison, il a été brutalement battu et vêtu d’un uniforme de prisonnier ordinaire par la force, ce qui représente une transgression et une humiliation pour un prisonnier de conscience qu’ils n’acceptent jamais. Il a cassé son uniforme pour protester et a été tenu à moitié nu. À huit reprises, ils l’ont forcé à porter des vêtements de prisonnier ordinaire et, à huit reprises, il a refusé, bien qu’il ait été forcé et battu à l’aide de ces vêtements, enfin en le gardant à moitié nu pendant une bonne partie des 30 jours qu’il a passés dans cette prison, en refusant de lui fournir d’autres vêtements que ceux qui le rendraient humiliant.

Il a expliqué que, dans la cellule où il était détenu, ils avaient placé un prisonnier de droit commun du nom d’Israël Frómeta, avec un vaste passé criminel et agressif, qui le battait souvent, chaque fois qu’il haussait la voix et protestait, ou il demande simplement des soins médicaux. Le même détenu lui a dit qu’il avait reçu l’orientation des autorités pénitentiaires représentées par le major Montoya pour le tuer. Il ajoute que ce criminel, Israel Frómeta, possède un couteau dans sa cellule avec l’accord de l’officier susmentionné et qu’il menace constamment de l’utiliser contre lui.

Il a poursuivi en disant que, depuis son arrestation jusqu’à aujourd’hui, il n’avait reçu des soins médicaux que dimanche dernier, pour une situation médicale terminale, puis seulement une pilule antiacide dans l’après-midi d’hier.

Malgré son état de santé précaire, les tortures sont systématiques et constantes:

  • Il est régulièrement battu
  • il est détenu à moitié nu dans une cellule humide et froide
  • il est enchaîné mains et pieds.
  • Ils le traînent en le provoquant des brûlures causées par friction.
  • Il est insulté et maltraité verbalement tous les jours.
  • Ils lui répètent constamment qu’il ne sortira pas de là vivant.
  • Ils l’ont menacé de doubler les tortures s’il racontait ces choses à sa famille pendant la visite.

Enfin, il a raconté qu’après la grève de la faim, il avait été transféré dans un détachement pour quatre jours (zone de détention habituelle), où il a pu secrètement envoyer la lettre qui a été récemment publiée

Il est de nouveau dans une cellule disciplinaire.

Juste avant d’être menotté et emmené violemment, avec les quelques forces physiques qui lui restaient, en signe de protestation, il déchira l’uniforme qu’il portait et dit fermement à sa famille qu’il recommençait dès lors sa grève de la faim. Il l’a exprimé en le lui apportant : “Liberté, Dignité ou Mort”.

APPEL POUR L’UNION EUROPÉENNE ET L’ESPAGNE

Le silence de la Commission européenne et des délégations de chacun de leurs pays a conduit à un échec absolu dans le domaine des droits de l’homme à Cuba, un coût très élevé d’indignité, très grande frustration dans le corps diplomatique le plus digne, et exige une réorientation immédiate.

Por ello, En Europe, nous ne pouvons pas maintenir un accord de dialogue contenant les articles 1.5, 2 c), 5 et 22 de l’Accord sur les ADPC avec Cuba tant que cela, et des choses similaires, continuent quotidiennement dans ce pays. Pour cette raison,

  1. Entre la diplomatie et la décence, il doit y avoir des priorités supportables face à une atrocité flagrante, commise comme un défi direct de Cuba pour confirmer que le dispositif de l’APDC mentionné ci-dessus, si on accepte cette situation, il ne sera jamais respecté. Nous interprétons la situation actuelle comme un test et un défi de force de Cuba face à une Union Européenne dans laquelle elle part du principe qu’elle ne va pas réagir, dilapidant ainsi toute influence positive future. Nous demandons donc instamment que les délégations des pays les plus exigeants en matière de droits de l’homme à Cuba, qui jusqu’à présent ont gardé le silence même contre leur gré, et se rebellent contre ce défi et condamnent publiquement cette atrocité, même si c’est une de plus sur un million.
  2. Nous demandons instamment aux pays qui n’ont pas encore ratifié l’accord bilatéral avec Cuba, la Suède et la Lituanie, de donner un ultimatum public à Cuba concernant sa ratification si ledit article n’est pas rempli, à commencer par la présente affaire et se poursuivre par la suite pour des milliers d’autres situations extrêmement graves qui ne font pas l’objet de ce communiqué de presse, mais que l’Union Européenne et ses membres, et entre eux ces deux pays, connaissent parfaitement: arrestations massives arbitraires et violences policières, prison politique, prison pré-pénale contre des milliers de civils, esclavage dans des missions de médecine civile, exploitation du travail, travaux forcés, expatriation forcée, répression artistique, discrimination fondée sur la race, le sexe ou la religion … La liste est trop longue pour être couverte dans cette note.
  3. Nous exhortons le gouvernement de Pedro Sánchez, tant que la situation continue dans cet état et que José Daniel Ferrer n’est soit pas immédiatement libéré, exprime diplomatiquement un ultimatum d’annulation conservatoire du mandat de visite des Rois d’Espagne à Cuba, qui expose à un risque très grave l’image mondiale de l’institution constitutionnelle qu’il a apportée, avec le règne de D. Juan Carlos et par son action directe, précisément, la démocratie au Royaume d’Espagne, exactement pour que ces mêmes faits ne se reproduisent plus jamais dans ce pais dans son histoire.

HISTORIQUE CHRONOLOGIQUE DE L’AFFAIRE

Share:

Author: Prisoners Defenders

Deja un comentario

Tu dirección de correo electrónico no será publicada. Los campos obligatorios están marcados con *