Les Nations Unies dénoncent la répression artistique à Cuba

Cuban Prisoners Defenders Bars 400

Rapport sur Cuban Prisoners Defenders, 17 octobre 2019 :

DANS UN SEVERE RAPPORT DE 4 RAPPORTEURS SPÉCIAUX DES NATIONS UNIES…

  • Le communiqué ne laisse aucun aspect découvert dans la répression et les violations de la liberté artistique à Cuba et détermine 22 violations très importantes de violations potentielles et surveille Cuba en ce qui concerne les aspects culturel, artistique, associatif, la liberté d’expression et la liberté d’expression. des droits de l’homme.
  • Analyse en détail le Décret 349 sur “Contraventions à la réglementation de la politique culturelle et à la fourniture de services artistiques“, décret qui a provoqué des centaines d’arrestations, de Condamnés de Conscience et a représenté la systématisation de la répression de la culture, et constate violations multiples, transversales, qui sont scandaleuses à leur simple lecture.
  • Le document est rédigé par le Rapporteur Spécial sur les droits culturels, le Rapporteur Spécial sur la promotion et la protection du droit à la liberté d’opinion et d’expression, le Rapporteur Spécial sur le droit à la liberté de réunion pacifique et d’association et le Rapporteur Spécial sur la situation des défenseurs des droits de l’homme.
  • Bien qu’il ait été publié par les Nations Unies au cours de la troisième semaine de august de cette année, les médias et les organisations l’ont ignoré, car les plaignants ont caché leur identité dans la plainte et il est clair que ce pourrait être parce qu’ils pourraient craindre les fortes représailles du régime s’ils lui ont fait de la publicité. Prisoners Defenders, l’organisation qui a trouvé le document, l’expose publiquement avec l’assurance que l’identité des plaignants est toutefois protégée par le plus haut niveau de confidentialité du Haut-Commissaire des Nations Unies aux Droits de l’Homme.

1. Le Communiqué des Nations Unies

Dans sa déclaration, la Haut-Commissaire, citant 4 rapporteurs spéciaux, a déclaré que « es normes énoncées dans le décret 349 […] entrent donc directement en conflit avec les obligations de Cuba en vertu du droit international des droits de l’homme. en ce qui concerne la liberté d’expression, la liberté artistique et le droit de participer à la vie culturelle ».

L’ONU s’inquiète également de ce que « le décret donne aux inspecteurs le pouvoir absolu d’imposer des sanctions sur la base de leurs opinions personnelles. En outre, étant donné que l’organe de sanction et l’organe qui traite les appels contre ces sanctions sont les mêmes, nous sommes également préoccupés par l’absence de procédure d’appel significative et impartiale et, par conséquent, ne constituent pas un appel (judiciaire) efficace de la part des autorités judiciaires, administratives ou législatives compétentes ».

LIEN VERS LE COMMUNIQUE DES NATIONS UNIES

2. Violations alléguées du décret 349 en droit international

Les 4 rapporteurs spéciaux susmentionnés rappellent à Cuba ses obligations en ce qui concerne les traités et accords suivants, qui pourraient faire l’objet d’une violation en vertu du présent Décret (extraits textuels) et / ou qui devraient être rappelés aux fins de la surveillance dans ce cas particulier :

  • Article 18 de la Convention de Vienne sur le Droit des Traités (1969).
  • L’article 15 du Pacte International relatif aux Droits Économiques, Sociaux et Culturels (PIDESC) signé par Cuba le 28 février 2008, qui reconnaît le droit de chacun de participer à la vie culturelle […]
  • L’article 27 de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme, qui reconnaît également le droit de toute personne de participer librement à la vie culturelle […]
  • L’article 31 de la Convention relative aux Droits de l’Enfant, ratifiée par Cuba le 21 août 1991 […]
  • L’article 2 de la Convention de l’UNESCO sur la Protection et la Promotion de la Diversité des Expressions Culturelles, ratifiée par Cuba le 29 mai 2007, car elle indique que « [l] la diversité culturelle ne peut être protégée et promue que si les droits de l’homme et les libertés fondamentales sont garantis, tels que la liberté d’expression, d’information et de communication, ainsi que la possibilité pour les individus de choisir des expressions culturelles » […]
  • Article 7 de la Convention de l’UNESCO sur la Protection et la Promotion de la Diversité des Expressions Culturelles, ratifiée par Cuba le 29 mai 2007, car elle oblige les États « à s’efforcer de créer un environnement sur leur territoire “qui encourage les personnes et les groupes sociaux à :
    • Créer, produire, diffuser et distribuer leurs propres expressions culturelles […]
    • Avoir accès aux différentes expressions culturelles provenant de leur territoire […] »
  • La résolution 40/6 du Conseil des Droits de l’Homme de mars 2019, dont les paragraphes 2 et 5 respectivement, reconnaissent le droit de toute personne de « participer à la vie culturelle et de profiter des avantages du progrès scientifique et de ses applications, et réaffirment que les États ont la responsabilité de promouvoir et de protéger les droits culturels, et que ces droits doivent être garantis pour tous, sans discrimination » […]
  • L’article 19 du Pacte International Relatif aux Droits Civils et Politiques signé par Cuba le 28 février 2008, qui protège le droit de toute personne à la liberté d’expression, inclut la liberté de rechercher, de recevoir et de diffuser des informations et des idées de toutes sortes, quelles que soient les frontières, que ce soit oralement, par écrit, sous forme imprimée ou artistique, ou selon toute autre procédure de votre choix […]
  • L’article 19 de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme, qui stipule que “Tout individu a droit à la liberté d’opinion et d’expression ; ce droit inclut le droit de ne pas être dérangé du fait de ses opinions, de rechercher et de recevoir des informations et opinions et de les diffuser, sans limitation de frontières, par tout moyen d’expression.”
  • L’article 13 de la Convention Relative aux Droits de l’Enfant, qui stipule que ce droit s’applique également aux enfants.
  • Les paragraphes 3, 32, 85 et 89d du Rapport du Rapporteur Spécial sur les droits culturels à l’Assemblée Générale des Nations Unies de 2013 (A / HRC / 23/34) et le paragraphe 21 du Rapporteur Spécial sur les droits culturels dans le Assemblée Générale des Nations Unies de 2013 (A / HRC / 37/55), qui précise que «les États doivent garantir la pleine application de la liberté artistique et ne recourir à des limitations qu’en cas d’absolue nécessité. En particulier, les décideurs, lorsqu’ils envisagent de possibles limitations à la liberté artistique, doivent tenir compte de la nature de la créativité artistique (par opposition à sa valeur ou à son mérite), ainsi que du droit des artistes à la dissidence, à utiliser des symboles politiques, religieux et économiques comme contre-discours aux puissances dominantes et à exprimer leurs propres croyances et leur vision du monde. ”
  • Le principe énoncé dans la Résolution 12/16 du Conseil des Droits de l’Homme, dans lequel «il est demandé aux États de s’abstenir d’imposer des restrictions à la discussion des politiques gouvernementales et au débat politique; à la présentation de rapports sur les droits de l’homme, les activités du gouvernement et la corruption dans le gouvernement; et à l’expression d’opinions et de dissidence, de religion ou de conviction; ainsi que à la libre circulation des informations et des idées, y compris des pratiques telles que l’interdiction ou la fermeture de publications ou d’autres moyens de communication, et le recours abusif aux mesures administratives et à la censure ».
  • Les recommandations du Rapporteur Spécial sur la promotion et la protection du droit à la liberté d’opinion et d’expression et du Rapporteur Spécial dans le domaine des droits culturels, visant à distinguer entre: a) l’expression constituant une infraction pénale; b) l’expression qui n’est pas punissable pénalement, mais qui peut justifier un procès civil ou des sanctions administratives; et c) l’expression qui ne donne pas lieu à l’imposition de sanctions pénales, civiles ou administratives, mais qui continue de susciter des préoccupations en matière de tolérance, de courtoisie et de respect des droits d’autrui (A / 66/290, paragraphe 18; A / HRC / 23/34, paragraphe 31). Ce qui peut être moralement répréhensible (d’un point de vue) ne peut pas nécessairement être légalement inadmissible ou condamnable.
  • Les conclusions du Rapporteur Spécial dans le domaine des droits culturels, qui a souligné qu’un système exigeant automatiquement l’autorisation officielle du contenu avant la publication serait inacceptable, car il porterait atteinte à la liberté d’expression artistique et la créativité dépasserait de loin le bénéfice de ses objectifs. Les appels doivent être garantis devant une entité indépendante pour toute décision d’exercer une restriction préalable (A / HRC / 23/34, par. 61 et 89b).
  • Article 20 de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme.
  • Articles 21 et 22 du Pacte International relatif aux Droits Civils et Politiques.
  • Le rapport du Rapporteur Spécial sur le droit de réunion et d’association pacifiques, qui souligne que «le droit à la liberté d’association exige des États qu’ils adoptent des mesures positives pour créer et maintenir un environnement propice à la jouissance de ce droit. Il est essentiel que les personnes qui exercent leur droit à la liberté d’association puissent agir librement, sans craindre d’éventuelles menaces, actes d’intimidation ou de violence. ” (A / HRC / 20/27, paragraphe 63).
  • La résolution 24/5 du Conseil des Droits de l’Homme, qui «rappelle aux États leur obligation de respecter et de protéger pleinement le droit de toute personne de jouir de la liberté de réunion et d’association pacifiques par quelque moyen que ce soit, électronique ou non, […]. ], y compris ceux des personnes qui ont des convictions minoritaires ou dissidentes, des défenseurs des droits de l’homme, des syndicalistes et d’autres, y compris des migrants, qui tentent d’exercer ou de promouvoir ces droits en adoptant toutes les mesures nécessaires pour que toute restriction au libre exercice du droit à la liberté de réunion et d’association pacifiques soit conforme aux obligations qui leur incombent en vertu du droit international des droits de l’homme ».
  • Les articles 1 et 2 de la Déclaration des Nations Unies sur le droit et le devoir des individus, groupes et institutions de promouvoir et de protéger les droits de l’homme et les libertés fondamentales universellement reconnus, stipulent que «toute personne a le droit de: promouvoir et assurer la protection et la réalisation des droits de l’homme et des libertés fondamentales aux niveaux national et international et que chaque État a la responsabilité première et le devoir de protéger, de promouvoir et de faire respecter tous les droits de l’homme et les libertés fondamentales ».
  • L’article 5a de la précédente, qui protège « le droit de se réunir ou de manifester pacifiquement ».
  • L’article 6a de la même, qui établit le droit de connaître, de recueillir, d’obtenir, de recevoir et de posséder des informations sur tous les droits de l’homme et toutes les libertés fondamentales.
  • Et les articles 6b et 6c de la même, qui stipulent le droit de publier, de communiquer ou de diffuser librement à des tiers des avis, des informations et des connaissances relatives à tous les droits de l’homme et à toutes les libertés fondamentales, ainsi que d’étudier et de discuter de l’observation de ces droits.

3. Décret 349 et la répression qui y est associée

Le Décret n° 349/2018, promulgué par le Conseil des Ministres de Cuba et signé par Miguel Díaz-Canel Bermúdez en tant que Président du Conseil d’État et des Ministres le 20 avril 2018, publié au Journal Officiel de Cuba en juillet de la même année, a signifié  jusqu’à présent des centaines d’arrestations d’artistes et de personnalités culturelles à Cuba.

Le Décret exige, par exemple, l’approbation des autorités pour que les artistes puissent présenter leur travail au public et crée la figure de « l’inspecteur », qui peut fermer une exposition ou terminer un concert ou une expression culturelle s’il estime que cela n’est pas conforme avec la politique culturelle de la Révolution.

Le 24 août 2018, Amnesty International l’a dénoncé par le biais d’une déclaration longue et sévère. En outre, Human Rights Watch, dans son rapport Cuba : Événements 2018, a décrit et condamné plus brièvement ce décret

Maykel Castillo Pérez est l’un des artistes nommés comme Condamné à la Conscience par Prisoners Defenders, lequel est entrée en prison le 24 septembre 2018 avec une peine d’un an et demi pour s’être opposée au Décret 349 en parrainant un concert dans l’espace culturel officiel La Madriguera à La Havane. De même, Lázaro Leonardo Rodríguez Betancourt a été reconnu Condamné à la Conscience du 13 novembre 2018 au 23 août 2019, date à laquelle il a été libéré sans inculpation sans même l’avoir jugé, pour avoir protesté pacifiquement contre ledit décret.

De nombreux artistes cubains ont été victimes d’arrestations arbitraires, de coups et de répression à l’occasion de ce Décret et de leur opposition, comme c’est le cas du célèbre plasticien Luis Manuel Otero Alcántara, de l’artiste Tania Bruguera, connue pour ses œuvres politiques et sociales et internationalement reconnue, ou le poète Amaury Pacheco. Mais il ne s’agit que d’une représentation minimale de l’infini des artistes, sympathisants et membres de la famille qui ont subi la répression de ce décret.

Bien que ce Décret représente un pas de plus pour mettre blanc sur noir la situation artistique à Cuba, la répression artistique à Cuba est une réalité depuis 60 ans. Des artistes tels que Celia Cruz, Paquito D’Rivera, Arturo Sandoval ou Bebo Valdés, parmi des centaines de personnalités reconnues sur le plan international, ainsi que des milliers de musiciens qui ont réussi à s’échapper des Missions Civiles de travail à l’étranger pour lesquelles les salaires sont réquisitionnés par le gouvernement de Cuba, dans de nombreux cas en quantités supérieures à 90% et les conditions sont l’esclavage et la traite des êtres humains, sont un bon exemple d’une dictature qui réprime l’expression artistique, l’utilise à son avantage et ne l’approuve que lorsqu’il s’agit d’un véhicule au service de ses intérêts.

Aucun des artistes dénommés “contestataires” n’a ouvert les salles de concert officielles, toutes appartenant à l’État. Avant le Décret 349, avec l’interdiction des salles pour son art, des artistes tels que Raudel Collazo, reconnu dans le monde entier pour son allégorie déchirante à la “Décadence”, étaient victimes d’ostracisme et devaient promouvoir des concerts dans des maisons privées ou des lieux inattendus, avec ses propres moyens, sa propre diffusion et son risque répressif et économique élevé. Cette pratique commença à se répandre et l’interdiction de ce type d’expression artistique indépendante a été renforcée. Le Décret 349 n’était rien de plus que la réponse “institutionnelle” du régime à ces initiatives populaires grandissantes pour échapper à la répression artistique.

La faiblesse du régime est telle qu’il ne peut permettre à un Cubain un seul espace de liberté qui ne serve pas de le désactiver intellectuellement et politiquement.

Après tout ce que l’ONU a soutenu, le gouvernement de Cuba n’ose rien de moins, sans raisonnement, que de dire que « le décret 349 ne limite pas la liberté d’expression artistique et de créativité, ni le droit à la liberté d’expression, consacré aux articles 54 et 32 de la Constitution de la République, respectivement. Le travail de la Révolution a permis des niveaux d’éducation et d’instruction suffisants pour que tous puissent exercer ces droits, qui ne sont aucunement limités par le décret 349. »

SUR CUBAN PRISONERS DEFENDERS

Cuban Prisoners Defenders est un groupe indépendant d’analyses, d’études et d’actions, qui collabore avec tous les groupes dissidents de l’île et les proches des prisonniers politiques pour recueillir des informations et promouvoir la liberté de tous les prisonniers politiques, ainsi que pour tenir à jour, chaque semaine, les listes des convicts de conscience, prisonniers politiques et cas plus longs en prison. Cuban Prisoners Defenders fait partie de Prisoners Defenders International Network, une association légalement établie basée à Madrid, Espagne, dont l’adresse Internet est www.prisonersdefenders.org.

Le groupe de Cuba est coordonné par Adolfo Fernández Sainz (FNCA) et Javier Larrondo (UNPACU), sans que ces organisations auxquelles ils appartiennent contrôlent ou supervisent le même dans aucun degré, permettant ainsi un travail dédié à tous prisonniers politiques sans distinction et sur un pied d’égalité. Au bureau de Madrid, les rapports juridiques sont fournis par un autre des fondateurs de Prisoners Defenders, l’avocat pénal international D. Sebastián Rivero, qui, entre d’autres expériences, a été juriste collaborateur de l’Ambassadeur Permanent d’Espagne auprès de l’Organisation des Nations Unies. L’organisation compte également avec parrainer divers et de toutes idéologies, parmi lesquels plusieurs députés du Congrès des Députés espagnols de différents partis, ainsi que M. Blas Jesús Imbroda, ancien Président de l’Association de l’Ordre des Avocats Pénal International (2017-2019) et Doyen de l’Ordre de Melilla.

Les travaux de Cuban Prisoners Defenders sont adoptés par de nombreuses institutions et sont envoyés, notamment, aux FNCA, ASIC, UNPACU, Amnesty International, Human Rights Watch, Commission Interaméricaine des Droits de l’Homme, Organisation des États Américains, Parlement Européen, Congrès et Sénat des États-Unis, Ministère des Affaires Étrangères d’Espagne, Fondation Transition Espagnole, International Institute on Race, Equality and Human Rights, FANTU, Parti pour la Démocratie Pedro Luis Boitel, Collège Indépendant de Pédagogues de Cuba et Mouvement des Citoyens, Réflexion et Réconciliation, parmi de nombreuses autres institutions et organisations.

DEMANDE DE RAPPORTS: Entités souhaitant recevoir les travaux de Cuban Prisoners Defenders (liste des prisonniers politiques et de conscience, études juridiques sur les prisonniers politiques, études juridique-légaux sur Cuba, études sur la répression et les prisons à Cuba, etc.) et qui ne les reçoivent encore pas régulièrement, peuvent contacter Prisoners Defenders à info@prisonersdefenders.org ou par téléphone / whatsapp au +34 647564741. Désambiguation : Prisoners Defenders génère son contenu et ses rapports en espagnol, puis ils sont traduit dans d’autres langues avec le seul but de faciliter la lecture, mais en cas de besoin de nuance ou de désambiguïsation, les rapports générés en espagnol sont qui prévalent et sont officiels, par titre de cette entité, sauf indication contraire explicite. Notre site Web est www.prisonersdefenders.org. De plus, notre Twitter officiel est @CubanDefenders.

Share:

Author: Prisoners Defenders

Deja un comentario

Tu dirección de correo electrónico no será publicada. Los campos obligatorios están marcados con *