José Daniel Ferrer mis en danger

José Daniel Ferrer

Rapport par Cuban Prisoners Defenders, 4 octobre 2019 :

APRÈS L’AGRESSION DE SA MAISON POUR FORCES SPÉCIALES, SA DÉTENTION ET SA DISPARITION …

  • Dans la matinée du 1er octobre, à Santiago de Cuba, la maison de José Daniel Ferrer a été agressée par des forces spéciales
  • Avec violence et en présence de sa femme et de ses enfants, un bébé de 3 mois, un bébé de 2 ans, un garçon de 14 ans et un garçon de 16 ans, ont été arrêtés José Daniel Ferrer et 4 militants. (Fernando González Vaillant, José Pupo Chaveco, Ibeisi Chacon Garcia et Sandy Ramirez) et les a emmenés dans des lieux inconnus. Le plus jeune de 16 ans, José Daniel Ferrer Cantillo, a été arrêté et détenu pendant cinq heures sur les lieux de l’agression..
  • M. Ferrer, Fernando González Vaillant, défenseur des droits humains et José Pupo Chaveco – une personne menacée d’exclusion sociale que l’UNPACU a hébergée à son siège pour l’assister socialement – sont toujours détenus et inconnus.

Inquiétude pour José Daniel Ferrer et les détenus

Prisonniers défenseurs exprime sa profonde préoccupation pour l’état de santé et l’intégrité physique de José Daniel Ferrer, chef visible de l’opposition sociale et démocratique à Cuba, et des personnes détenues à ses côtés.

José Daniel Ferrer García est coordinateur général de l’Union patriotique de Cuba (UNPACU), l’organisation de défense des droits de l’homme pacifique et de démocratie la plus répandue et la plus active à Cuba. Il a été reconnu prisonnier d’opinion après avoir été incarcéré en 2003, accusé d’avoir participé à la collecte des signatures du projet Varela, une demande de plébiscite énoncée comme légitime et légale dans l’article 88g de la Constitution cubaine en vigueur à ces dates, après avoir recueilli avec son réseau plus de 5000 des 11000 signatures qui ont été présentées à l’Assemblée nationale par Oswaldo Payá, ce qui a poussé le procureur du régime à demander sa peine de mort. Il a été condamné à 25 ans de prison et nommé depuis prisonnier d’opinion par Amnesty International. Il a reçu le Prix international des Droits de l’Homme de la Fondation Hispano-Cubaine et le Prix de la Démocratie du National Endowment for Democracy. En 2010, face au dilemme d’accepter l’offre du gouvernement espagnol et du gouvernement cubain de sortir de prison à condition de subir un dépaysement forcé qui avait été proposé avec des pressions pour être accepté à chacun des prisonniers d’opinion du groupe des 75, il a était l’un des 12 qui ont refusé de partir de Cuba et sont restés en prison. Compte tenu des pressions internationales que Cuba a subies, essentiellement pour blanchir son image (l’opération “d’expatriation forcée” du groupe des 75 reposait entièrement sur un nettoyage d’image avec la collusion du gouvernement espagnol du président Zapatero, précisément pour préparer l’accord le dialogue actuel et ainsi maintenir et élargir les positions économiques de l’Espagne sur l’île), José Daniel a été le dernier à sortir du Groupe des 75, qui a ensuite fondé l’Union patriotique de Cuba (UNPACU) le 24 août 2011, avec quelques gens du intérieur et le extérieur à Cuba, En deux ans à peine, l’ONG est devenue l’organisation la plus nombreuse à avoir connu l’opposition à Cuba dans toute son histoire moderne.

Depuis son sa “libération” présumée, ce qui n’était pas le cas car il a été infligée avec la peine actuelle et en même temps la menace constante de retour en prison, a été prouvé que José Daniel Ferrer avait été arrêté plus de 100 fois sans inculpation (plus d’une fois par mois pendant 8 ans), la plupart du temps de manière extrêmement violente, avec de la brutalité, des menaces et des agressions contre son domicile à des dizaines d’occasionnes, lui volant tous ses effets personnels, qu’ils soient technologiques ou de communication, ou des objets domestiques, tels que comme nourriture, livres ou meubles.

José Daniel a créé l’UNPACU pour servir les personnes sans défense, comme le montrent ces vidéos, et dénoncer les violations en termes de droits de l’homme, de besoins et de manque de protection de la population. Les activités de l’UNPACU comprennent une cantine sociale gratuite, un service médical gratuit, un service de transport gratuit pour les urgences médicales, la réparation et l’assainissement gratuits des rues et des quartiers, la construction de ponts et de routes d’accès facilitant les communications, le service de blanchisserie commune étant donné le manque de savon et de l’eau, ou des ateliers de formation en informatique, en droits de l’homme et en démocratie, et de nombreux autres sujets.

C’est toute cette activité sociale qui a pris racine dans l’affection de la population cubaine, en plus de son affrontement courageux pour dénoncer les abus du système qui prévaut à Cuba. Et c’est cet enracinement qui fait craindre le plus la dictature de Raúl Castro.

L’agression et sa détention

Aux premières heures du 1er octobre 2019, des forces spéciales combinées sous commandement (forces directement dirigées par Raúl Castro et ne dépendant pas des commandants de province à Cuba) et des forces auxiliaires du ministère de la Sécurité de l’État et de l’Intérieur ont assiégé la maison de José Daniel Ferrer, où le siège de l’UNPACU est établi, et les communications de tous les activistes ont été coupées. À 7 heures du matin, ces forces sont entrées violemment dans trois maisons qui constituent le siège de l’UNPACU à Santiago de Cuba :

  • Adresse #1: Calle 9 entre E y G #9, Reparto Mármol, Santiago de Cuba
  • Adresse #2: Calle 9 entre E y G #10 reparto Mármol, Santiago de Cuba
  • Adresse #3: Calle 9 entre E y G #10 Alto reparto Mármol, Santiago de Cuba (maison de José Daniel Ferrer)

Au cours de l’assaut, ils ont arrêté José Daniel Ferrer García, Fernando González Vaillant, José Pupo Chaveco, Ibeisi Chacón García, Sandy Ramirez, José Daniel Ferrer Cantillo (fils de José Daniel Ferrer García, âgé de moins de 16 ans) et Evert Luis Hidalgo Ladrón de Guevara. Les deux derniers ont été détenus pendant cinq heures au siège jusqu’à leur libération. Les 5 premiers ont été transférés vers un lieu inconnu.

Au cours de l’agression, un inventaire du vol a été réalisé, qui consiste au moins en:

  • Des aliments
  • Des couverts à la maison
  • 3 tables à manger
  • 15 chaises
  • 2 balles à gaz
  • 1 cuisinière
  • Des casseroles
  • Verres, assiettes et autres ustensiles domestiques
  • 1 imprimante
  • Des draps blancs
  • Des formulaires d’organisation
  • Des documents d’organisation
  • Des mémoires flash
  • Des téléphones portables

Au domicile de José Daniel, son épouse et ses enfants de 14 ans, 2 ans et 3 mois ont été agressés. José Daniel Ferrer Cantillo, 16 ans, a lui aussi été détenu pendant cinq heures dans un autre bureau. José Daniel Ferrer García a été arrêté avant de commencer les recherches. Les faits ont été rapportés par de nombreux voisins qui nous ont transmis diverses vidéos montrant que l’opération, avec plus de 60 membres des forces armées et de la sécurité de l’État, consistait en:

  • 60 membres des forces spéciales, de la police politique et des membres de la sécurité de l’État
  • 2 motos de la police nationale révolutionnaire
  • 12 motos de la sécurité d’Etat
  • 2 voitures de patrouille
  • 1 voiture d’instruction criminelle
  • 2 camions de troupes spéciaux
  • 1 camion avec apparence civile

À ce moment-là, ils sont toujours détenus :

  • José Daniel Ferrer García
  • Fernando González Vaillant
  • José Pupo Chaveco
  • Roilán Zárraga Ferrer, qui n’était pas au siège lorsque l’agression s’est produite mais est allé le chercher et lui arrêté

Tentative de procédure judiciaire. Preuve irréfutable de la farce

Les autorités justifient maintenant, après l’agression avec violence et vols, qu’un citoyen du nom de Sergio García González a accusé José Daniel Ferrer García de l’avoir blessé. Il l’a laissé le siège de l’UNPACU le 21 septembre en parfait état. Après avoir quitté, le lendemain le citoyen susmentionné, les voisins du siège nous ont appris que la police politique avait fait pression sur de nombreux voisins pour qu’ils témoignent faussement au sujet d’une altercation avec ledit citoyen. Les voisins nous ont raconté avoir refusé de se tromper. Le lendemain, l’épouse de M. García González nous a raconté que le lendemain de son laissé au siège, il avait eu un accident dans lequel il avait été blessé. M. García González a reçu la visite de la Sûreté de l’État pour faire pression sur lui et lui dire que les blessures de l’accident avaient été causées par José Daniel Ferrer García. Ainsi, elle nous a informés que M. García González avait refusé un tel plan. Par la suite, son épouse, Mme Maribel Cabreja Leiva, a été enregistrée au cours d’une conversation téléphonique afin de fournir des éléments de preuve au cas où ladite opération de la sécurité de l’État se concrétiserait sous une fausse accusation. Cet enregistrement est reflété dans la vidéo suivante, avec le récit de tout ce qui s’est passé: https://drive.google.com/open?id=1F9GH2K89em1KmfnNyjZBFpAbPvSf6gL4.

Appel à l’Union européenne

L’Union européenne doit être consciente que, tout en entretenant un dialogue et des relations apparemment fantastiques avec Cuba, elle alimente directement deux des piliers de la dictature de Castro (facilitant la propagande de la fausse supériorité idéologique et des relations internationales) et favorise l’obtention de fonds à la fois de l’Union européenne et le financement qui permet au régime de garantir les relations et les projets en cours, et tant qu’il ne rend pas visible et légitime la véritable société civile de Cuba, ni ne condamne jamais publiquement ces actes (comme a fait la Commission Européenne) la répression contre les défenseurs des droits de l’homme se renforcera comme il y a fait l’année dernière, atteignant son apogée en septembre avec la visite de Mme Moguerini, avec plus de 480 arrestations arbitraires et quatre nouveaux prisonniers politiques emprisonnés par le régime ce mois dernier

Nous appelons l’Union européenne, en particulier la Commission, à faire preuve de courage et à être conforme à ses principes et à démontrer publiquement que les droits de l’homme sont le pilier des relations avec Cuba, et condamnons respectueusement mais fermement cette attaque, les huit rounds et les centaines des détentions survenues à la fois lors de la visite de Mme Moguerini et au mois de septembre.

Ne pas agir de la sorte met en danger la vie et l’intégrité physique de José Daniel Ferrer, frappé d’une violence extrême chaque fois qu’il est arrêté alors qu’il est interrogé et menacé dans les cachots des centres de détention, ainsi que de nombreux défenseurs des droits humains, et a la même fois que avec les meilleures intentions, néanmoins la CE favorise les conditions pour que la répression à Cuba augmente de manière disproportionnée.

D’entité avec des bonnes intentions, la Commission européenne est en train de devenir une entité qui, par négligence ou naïveté, met en danger la vie, l’intégrité et la santé de défenseurs des droits de l’homme à Cuba.

SUR CUBAN PRISONERS DEFENDERS

Cuban Prisoners Defenders est un groupe indépendant d’analyses, d’études et d’actions, qui collabore avec tous les groupes dissidents de l’île et les proches des prisonniers politiques pour recueillir des informations et promouvoir la liberté de tous les prisonniers politiques, ainsi que pour tenir à jour, chaque semaine, les listes des convicts de conscience, prisonniers politiques et cas plus longs en prison. Cuban Prisoners Defenders fait partie de Prisoners Defenders International Network, une association légalement établie basée à Madrid, Espagne, dont l’adresse Internet est www.prisonersdefenders.org.

Le groupe de Cuba est coordonné par Iván Hernández Carrillo (ASIC), Adolfo Fernández Sainz (FNCA) et Javier Larrondo (UNPACU), sans que ces organisations auxquelles ils appartiennent contrôlent ou supervisent le même dans aucun degré, permettant ainsi un travail dédié à tous prisonniers politiques sans distinction et sur un pied d’égalité. Au bureau de Madrid, les rapports juridiques sont fournis par un autre des fondateurs de Prisoners Defenders, l’avocat pénal international D. Sebastián Rivero, qui, entre d’autres expériences, a été juriste collaborateur de l’Ambassadeur Permanent d’Espagne auprès de l’Organisation des Nations Unies. L’organisation compte également avec parrainer divers et de toutes idéologies, parmi lesquels plusieurs députés du Congrès des Députés espagnols de différents partis, ainsi que M. Blas Jesús Imbroda, ancien Président de l’Association de l’Ordre des Avocats Pénal International (2017-2019) et Doyen de l’Ordre de Melilla.

Les travaux de Cuban Prisoners Defenders sont adoptés par de nombreuses institutions et sont envoyés, notamment, aux FNCA, ASIC, UNPACU, Amnesty International, Human Rights Watch, Commission Interaméricaine des Droits de l’Homme, Organisation des États Américains, Parlement Européen, Congrès et Sénat des États-Unis, Ministère des Affaires Étrangères d’Espagne, Fondation Transition Espagnole, International Institute on Race, Equality and Human Rights, FANTU, Parti pour la Démocratie Pedro Luis Boitel, Collège Indépendant de Pédagogues de Cuba et Mouvement des Citoyens, Réflexion et Réconciliation, parmi de nombreuses autres institutions et organisations.DEMANDE DE RAPPORTS: Entités souhaitant recevoir les travaux de Cuban Prisoners Defenders (liste des prisonniers politiques et de conscience, études juridiques sur les prisonniers politiques, études juridique-légaux sur Cuba, études sur la répression et les prisons à Cuba, etc.) et qui ne les reçoivent encore pas régulièrement, peuvent contacter Prisoners Defenders à info@prisonersdefenders.org ou par téléphone / whatsapp au +34 647564741. Notre site Web est www.prisonersdefenders.org. De plus, notre Twitter officiel est @CubanDefenders.

Share:

Author: Prisoners Defenders

Deja un comentario

Tu dirección de correo electrónico no será publicada. Los campos obligatorios están marcados con *