Répression lors de la visite de l’UE à Cuba

Prisoners Defenders
  • AU MOINS 188 DÉTENTIONS EN 3 JOURS
  • 1 NOUVEAU PRISONNIER POLITIQUE
  • BEAUCOUP DE DÉTENUS JUSQU’À 96 HEURES
  • 1 DÉTENUE ENCORE SANS LIBÉRER
  • 7 VIOLATIONS DE DOMICILE
  • DIZAINES DE TORTURÉS / BATTUS
  • NOMBREUX CITÉS À LA COUR
  • 32 AMENDÉS DE MANIÈRE ARBITRAIRE POUR LES JUGER

CONTENU (RAPPORT MIS À JOUR LE 09/13/2019):

  1. Introduction. La visite de l’Union Européenne à Cuba dans la Note Officielle de l’Espagne
  2. La version du Gouvernement de Cuba
  3. Plus de 188 arrestations massives à Cuba coïncidant avec la visite de l’UE et de l’Espagne
  4. Au moins 7 violations de domicile à Cuba du 6 au 10 septembre
  5. Liste partielle des arrestations signalées jusqu’au 12 septembre 2019 à 22:00
  6. Analyse de l’accord UE-Cuba: il faut donner un ultimatum ou mettre fin à son application
  7. 31 violations de domicile en 2019 uniquement à l’UNPACU avant septembre

1. Introduction. La visite de l’Union Européenne à Cuba dans la Note Officielle de l’Espagne.

L’Union européenne s’est rendue à Cuba. D’une part, sa Haute Représentante de l’Union Européenne pour les Affaires Étrangères et la Politique de Sécurité, Mme Federica Mogherini. D’autre part, et parallèlement, “l’Espagne a souhaité se joindre à ce Conseil mixte au niveau politique pour réaffirmer son soutien total au cadre actuel des relations entre l’Union Européenne et Cuba”, comme indiqué dans la NOTE OFFICIELLE du Ministère de Affaires Étrangères de l’Espagne et décrivant la visite de M. Juan Pablo de Laiglesia, Secrétaire d’État chargé de la Coopération Internationale et de l’Amérique Latine et des Caraïbes à Cuba, et M. Carlos Blasco Bernáldez, Directeur Adjoint l’Amérique centrale, des Caraïbes et du Mexique, du Ministère des Affaires Étrangères de l’Espagne.

Dans cette note du gouvernement espagnol, il est indiqué que “le Secrétaire d’État a pu vérifier le bon état des relations bilatérales et la volonté des deux parties de les approfondir dans toutes leurs dimensions. À cet égard, la possibilité de tenir des consultations politiques au niveau ministériel en octobre prochain a été envisagée conformément aux dispositions du Mémorandum d’Accord signé à la suite de la visite du Président du Gouvernement à Cuba en novembre 2018, ainsi que la volonté de signer le nouveau Cadre d’Association Pays qui réglementera la coopération bilatérale entre les deux pays pour la période 2019-2023”.

La première chose à noter est qu’un gouvernement en exercice ne peut pas engager publiquement un État dans un accord bilatéral avec une dictature répressive de ces caractéristiques sans tomber dans une faute formelle du prochain gouvernement d’Espagne, non encore constitué et qui pourrait en découler d’une élection en novembre dans ce pays.

La deuxième chose à signaler est l’impulsion du gouvernement espagnol à cet de Cuba. L’Espagne, pays qui, en raison de la langue et de la situation politique, pouvait accepter de nombreux contrats avec des entreprises privées, en concurrence avantageuse avec tout autre pays d’Europe pour la proximité linguistique et familiale entre l’Espagne et Cuba. Nous serions confrontés à un gouvernement social-démocrate qui encourage ses entreprises à opérer dans un pays où les travailleurs ne jouissent d’aucun droit syndical ni de droits du travail, motivé – il est évident – de dominer le marché des investissements étrangers dans ce pays où les autres Européens ne le sont pas. Ils peuvent rivaliser avec les mêmes avantages. C’est-à-dire qu’une fois de plus, la motivation économique se met devant des droits des travailleurs et de tout un peuple, de sorte que, sans exiger de modifications des droits de l’homme (ils ont été clairement lésés ces dernières années), ils tirent parti d’une situation favorable pour obtenir des revenus de la société de ce país.

De même, il est assuré que “le Secrétaire d’État a également rencontré des membres de la société civile cubaine avec lesquels il a discuté de l’évolution récente de la situation dans le pays. La visite du SECIPIC (Secretaría de Estado de Cooperación Internacional y para Iberoamérica y el Caribe) à La Havane a également donné lieu à une réunion avec des organisations non gouvernementales dans le cadre de la Journée de la Coopération, ainsi qu’avec des représentants d’entreprises espagnoles basées à Cuba”. Cela a été ratifié avec deux Tweets: cet de la réunion avec la “société civile” et cet de la réunion avec les “Organisations Non Gouvernementales”.

Nous regrettons de dire que cela est faux, sauf en ce qui pourrait concerner à l’Église Catholique. Nous rappelons au Ministère des Affaires Étrangères de l’Espagne une chose qu’il sait bien: la société civile cubaine n’est pas autorisée à exercer son droit d’association à moins d’être approuvée par le Parti Communiste; n’est pas civil, c’est de l’état, et dépend et est autorisé et financé par le Parti Communiste de Cuba. Ces organisations se nourrissent de l’argent de l’État, collectées pour avoir forcé leur affiliation aux citoyens et pour payer ces «organisations de masse» de manière obligatoire. En effet, chez Prisoners Defenders, nous montrons déjà comment les médecins en mission étaient obligés de payer des frais mensuels de différentes organisations de masse. Ne pas le faire serait persécuté et les “marqueraient”. Par conséquent, c’est l’État qui supporte ces organisations avec des taxes obligatoires pour les citoyens et des fonds directs de l’État.

En ce qui concerne les Organisations Non Gouvernementales, celles qui fussent cubaines seraient gouvernementales, car, par définition, les organisations légales cubaines à Cuba sont toutes gouvernementales, créés et financées uniquement sous la conduite et l’approbation du Parti communiste cubain, car à Cuba, par définition, il ne peut y avoir une organisation cubaine aux mains non gouvernementales, c’est-à-dire privés et avec des financements privés et, à l’exception des obligations de l’État de Cuba.

Cette absence de liberté d’association en dehors du Parti Communiste est bien documentée dans de nombreux rapports d’organisations telles qu’Amnesty International, la CIDH, HRW, l’OIT et d’autres institutions, en plus de la législation cubaine elle-même, qui interdit la propriété privée de telles entités. ni d’aucun autre.

En ce qui concerne les ONG possibles d’autres pays, seules les organisations, de nouveau, acceptées par le Parti Communiste, qui oppose son veto à de nombreuses organisations qui, comme Amnesty International, ont été des dizaines d’années en voulant s’implanter sur l’île pour mener à bien leurs activités humanitaires, et y a opposé son veto.

Pourquoi le gouvernement espagnol envoie-t-il cette note à toutes les délégations étrangères à Cuba, leur faisant croire qu’il a rencontré la «société civile», lorsqu’il a rencontré des factions du Parti Communiste? Quelle est l’intention du gouvernement espagnol avec cette note? Est-ce suffisant l’intérêt économique pour s’aligner avec le Parti Communiste de Cuba dans sa propagande?

La répression brutale qui a eu lieu alors que cette visite et ces réunions avaient eu lieu ne méritait aucune mention, pour discréditer cette déclaration, dans laquelle, en plus de détenir et de mettre en accusation un nouveau prisonnier politique, entre 188 et 200 défenseurs des droits de l’homme ont été arrêtés, battus, au moins sept de ses maisons ont été l’objet d’une entrée en effraction, des militants et des femmes et des enfants ont été battus et maltraités sans distinction. Des procès sommaires sont alors préparés contre 23 défenseurs des droits de l’homme, assortis d’amendes arbitraires, d’amendes sans aucun sens, lors que les arrestations ont été effectués pour empêcher une manifestation pacifique avant la visite.

2. La version du gouvernement de Cuba

Selon des informateurs du régime, le gouvernement cubain aurait indiqué aux délégations étrangères qu’il avait arrêté plus de 188 militants pour troubles à l’origine du désastre qui voulaient gâcher la visite de l’Union européenne et de l’Espagne. Cela semble avoir fait écho, en donnant de la crédibilité, à ceux qui, dans les délégations diplomatiques, jouent, pour l’intérêt économique, en faveur du régime.

Cela devrait être objectif:

  1. Les arrestations ont eu lieu principalement dans les maisons des militants, il n’y avait donc pas de problème à contrôler.
  2. Les détentions ont été de violence extrême; ils ont commis des sévices et toutes sortes de harcèlement touchant les femmes (y compris les femmes enceintes), les personnes âgées, les malades ou les enfants, ainsi que des défenseurs des droits de l’homme.
  3. Le tumulte présumé était un appel à se rendre dans des «parcs et lieux publics» pour exprimer sa solidarité avec les personnes réprimées; Il s’agit d’une déclaration parfaitement anodine et propre, libre de tout danger susceptible de se produire également un jour avant l’arrivée de l’Union européenne. Elle n’a donc pas pour but d’affecter une telle réunion ni de l’affecter. En fait, il semble que rien ne puisse l’affecter puisque, avec au moins 188 détenus, isolés, battus, perquisitionnés et volés chez eux, rien n’a impressionné la Commission européenne. L’annonce de l’appel à se manifester, anodine et légitime, peut être lue à l’adresse https://www.unpacu.org/solidaridad-y-firmeza/.

Avec tout ce qui a été décrit, Federica Mogherini et l’Espagne sont ainsi placés au centre de la propagande de Castro au service d’une monarchie dictatoriale fasciste, un discrédit pour ce pays et pour un gouvernement, l’Espagnol, qui se prétend social-démocrate. Tout un discrédit , pour ce qui est arrivé, à la Commission européenne et à l’Union européenne elle-même.

Nous nous souvenons tous que, tort ou non dans sa stratégie, son diagnostic et sa praxis, le président Obama n’a signé un accord d’entente avec le castrisme que lorsqu’il a été convenu de libérer 53 prisonniers d’opinion, que nombreux dissidents ont été autorisés à voyager (qui beaucoup d’entre eux n’ont pas pu encore le refaire) et Obama lui-même a rencontré la société civile, y compris l’UNPACU, avant et après son voyage à La Havane pour l’inauguration de l’ambassade des États-Unis. Son discours était également digne. Il n’a rien caché du répréhensible et avait la dignité que lors de cette visite et de la précédente de Pedro Sánchez, les autorités espagnoles et de la Commission européenne n’avaient pas eu.

Le rôle de l’Union européenne face à toutes ces disparités nuit à la grande histoire de la lutte pour les droits de l’homme dans nos pays. Les droits de l’homme n’ont pas été inscrits à l’ordre du jour et n’ont servi qu’à ouvrir la porte à des intérêts fallacieux.

Nous racontons, dans les sections suivantes, ce que M. Juan Pablo de Laiglesia, Secrétaire d’État à la Coopération Internationale et pour l’Amérique Latine et les Caraïbes d’Espagne, ainsi que Mme Mogherini  ont oublié de mentionner,  et qui s’est passé pendant Il s’est développé avant, pendant et après sa visite à Cuba, alors qu’ils envoyaient des tweets tout en exprimant à quel point la visite était merveilleuse.

3. Plus de 188 arrestations massives à Cuba coïncidant avec la visite de l’Union européenne et de l’Espagne

Après avoir assiégé des dizaines de leurs maisons et laissé au secret, sans Internet ni téléphone, des dizaines de militants de l’opposition démocratique pacifique à Cuba, le gouvernement de l’île, doté de troupes spéciales et de la sécurité de l’État, ont volé et cambriolé leurs maisons et ils ont arrêté plus de 188 activistes, principalement pour éviter, avant même qu’elle ne se produise, une manifestation pacifique organisée dans tout le pays. Dans le présent rapport, seuls les activistes dans lesquels leur détention est liée à la manifestation susmentionnée sont documentés.

Les arrestations à travers l’île ont touché plusieurs groupes et activistes, ainsi que de nombreuses Femmes en Blanc, le prix Sakharov pour la Liberté de Conscience, créé par le Parlement européen et destiné à rendre hommage aux personnes ou organisations ayant consacré leur vie ou leurs actions à la défense des droits de l’homme et des libertés que l’Union européenne, qui n’a que peu ou pas de sens pour le secrétaire d’État à la Coopération internationale et pour l’Amérique Latine et les Caraïbes du gouvernement espagnol ou pour le haut représentant de l’Union européenne pour les affaires étrangères et de la politique de sécurité si nous nous en tenons au fait que ni l’Espagne, ni l’Union européenne, ni Mme Federica Mogherini ne se sont exprimés de quelque manière que ce soit à propos de toute cette répression au cours de leur visite, ce qui s’ajoute aux centaines d’arrestations qu’ils ont subies cette année en cours, a déclaré Damas de Blanco.

À la suite de la répression au cours de la visite, Ovidio Martin Castellanos, arrêté le 7 septembre pour avoir soutenu la manifestation et condamné arbitrairement à une amende de 2000 CUP, le 10 de septembre a subi un procès sommaire pour non-paiement de l’amende et a été condamné 5 mois de prison.

Plus de 188 militants des droits de l’homme ont été arrêtés, frappés, menacés, maintenus en cellule et détenus jusqu’à ce que Mme Mogherini à quitté le pays.

Il convient de noter que José Daniel Ferrer, Prisonnier d’Opinion d’Amnesty International, condamné pour le PCD et détenteur de prix internationaux des droits de l’homme, a passé plus de 72 heures dans une détention qu’il a lui-même filmée dans cette vidéo (https: / /youtu.be/YD66gOkfA6g).

Il convient également de noter le cas de Danaisi Muñoz López, de sa fille de moins de 15 ans, Zaimaris de la Caridad  Rodríguez Muñoz, et de deux autres compagnons, Iyolexis Despaigne Poei et Dualsis, Daniel Díaz Vázquez. La police politique leur a jeté les chiens de proie alors qu’ils allaient quitter leur maison. Ils se trouvaient à El Vedado, à La Havane, pour prendre un bus dans la nuit du 7 au soir afin d’éviter les assauts de leur domicile et de pouvoir se rendre à la manifestation à un parc. Ils ont finalement été arrêtés à une heure du matin le 8, de 1h00 à 11h00 le lendemain matin, une fois l’heure de l’appel terminée. Il est à noter que lorsque la fillette de 15 ans, Zaimaris de la Caridad Rodríguez, a demandé à la police de ne pas jeter les chiens, ils ont commencé à frapper l’enfant, la laissant abasourdie et livrée à des suites.

Après cela, ils ont arrêté aux quatre. L’enfant a dû être soigné à l’Hôpital Pédiatrique de Centro Habana, en présence de la police. Bien que le médecin ait mis en évidence des ecchymoses et des séquelles éventuelles, il n’a pas fourni la partie médicale et a modifié le diagnostic, conformément aux directives de la police politique, sans faire la plaque de rayons X conséquente et nécessaire pour éliminer les blessures.  L’enfant a encore très mal à la tête et sa mère est très inquiète. Non content de cela, dans les jours qui ont suivi, alors que la délégation espagnole avait envoyé des tweets après sa réunion fructueuse avec la dictature cubaine, celle-ci à convoqué la mineure à un procès pour la poursuivre et la priver de ses parents dans un Centre de Détention pour Mineurs. En ce qui concerne les policiers en l’espèce, nous pouvons indiquer que le numéro d’identification de la policière figurant dans les vidéos enregistrées dans la séquence est le numéro 38078, auteure des coups, d’El Vedado, La Havane.

Ils sont détenus depuis dimanche dernier, en plus d’Ovidio Martin Castellanos, qui est en prison, au moins ces 9 militants entre 72 heures et 96 heures: Carlos Oliva Rivery (de l’UNPACU), Jorge Cervantes García (membre du comité directeur de l’UNPACU ), José Daniel Ferrer García (Coordinateur Général de l’UNPACU), Carlos Amel Oliva Torres (membre du comité directeur de l’UNPACU), Carlos Alberto Álvarez (membre de l’UNPACU), Yolanda Carmenate Fernández (membre de l’UNPACU et Dame en Blanche) et María Del Carmen Cala Aguilera (membre de l’UNPACU et Dame en Blanche) Yasmani Campos Castellanos (membre du MONR – Mouvement des Opposants pour une Nouvelle République -), Jorge Ortiz Aguilera (membre du MONR).

Yeridian Álvarez Martínez, de Las Tunas, membre de l’UNPACU, est arrêté, après qu’on à agressé le siège principal de l’UNPACU, pour l’empêcher de participer à la marche du 8 septembre et a été déporté dans sa province.

De nombreuses arrestations, au moins 23 d’entre elles, ont été accompagnées d’amendes arbitraires, argumentées en mots pour “soutenir la manifestation”, mais se concrétisant ensuite, par exemple dans le cas de Carlos Oliva Rivery (voir l’amende infligée samedi), comme dans une autre des 7 amendes que nous avons perçues jusqu’à présent, à la grande surprise de vos propres et d’étrangers, dans le “décret-loi n ° 200 de 1999, sur les violations de l’environnement”, chapitre 11, c’est-à-dire, pour “violations concernant aux bruits, vibrations et autres facteurs physiques “, ce qui indiquerait qu’ils falsifient à nouveau une détention pour engager une fausse cause contre lui.

Carlos Amel Oliva, membre du comité directeur de l’UNPACU et fils de Carlos Oliva Rivery, a également été condamné à une amende en détention pour avoir “soutenu la manifestation”. A Moraima Díaz, l’amende est indiquée contre le décret-loi 141, article 11, alors que cette loi ne compte que 10 articles. Au moment où ils ont été arrêtés, au moins 23 militants ont été condamnés à une amende arbitraire lors de la visite de l’Union européenne et de l’Espagne. Cela permettra au régimen, n’étant pas payées, (comment payer des amendes équivalant à plus de 6 mois et jusqu’à 8 mois du salaire mensuel minimum cubain?), de les poursuivre pénalement et de les faire entrer en prison par le biais d’une procédure sommaire. Cela a été fait exactement avec Ovidio Martin Castellanos, en infligeant une fausse amende de 2000 pesos cubains (CUP, équivalant chacun à 1/25 CUC, ce dernier équivalent en dollars), impossible à payer et le condamnant pour non-paiement d’amendes à 5 mois de prison.

Nous mettons en garde les diplomates sur le risque que ces militants courent sous peu d’être condamnés à la prison pour cette fausse cause. Et nous l’avertissons parce que dans la liste actuelle des prisonniers politiques détenus par les prisonniers cubains, il y a déjà 8 condamnations à la conscience pour non-paiement d’amendes arbitraires, dont l’une déjà nommée Prisonnier de Conscience d’Amnesty International, Edilberto Ronal Arzuaga Alcalá, et 1 Prisonnier de Conscience, de sorte que l’opération est l’une des plus courantes du régime à poursuivre en justice et à condamner à tort des opposants.

Les amendes ont également été accompagnées de convocations judiciaires à de nombreux militants.

Ensuite, à la section 3 de ce rapport, nous rapportons une liste détaillée de 188 arrestations où nous avons mis à jour les données partielles fournies dimanche dernier.

4. Au moins 7 entrées par effraction à Cuba du 6 au 10 septembre

Dans le même temps, dans les jours qui ont précédé la visite de la délégation espagnole et de l’Union européenne, le même jour et les jours suivants, des dizaines de maisons de défenseurs des droits de l’homme ont été assiégés et au moins sept raids violents d’hébergement, y compris les vols illégaux de tout type de matériel appartenant aux personnes concernées, une pratique habituelle en 2019, où plus de 38 perquisitions de logement sont déjà comptabilisées, généralement avec des vols de matériel divers, parmi lesquels: nourriture, tables, chaises, couverts, livres, vaisselle, médicaments et plusieurs supports de communication personnels et professionnels, tels que téléphones portables, ordinateurs portables et autres mémoires.

Le gouvernement de l’île accuse les États-Unis d’aider financièrement les défenseurs des droits de l’homme, mais avec ces actions kleptomanes et insensées des forces de sécurité de l’État et l’expulsion absolue de leur lieu de travail de chaque militant qui commence activités de défense des droits de l’homme, est l’aide des différents pays qui soutiennent publiquement des activistes de la société civile pro-démocratiques (non seulement les États-Unis, mais également de nombreux autres pays solidaires qui protègent la défense des droits de l’homme). C’est le seul moyen de survie et de maintien de ces citoyens honorables, parmi lesquels se trouvent de nombreuses personnalités nommées Prisonniers d’Opinion d’Amnesty International, et que l’État de Cuba écrase sans mesure.

Les raids de 2019 et ceux qui ont eu lieu aujourd’hui ont eu un impact particulier sur l’Union Patriotique de Cuba (UNPACU), l’une des organisations appelant à la manifestation aujourd’hui.

Raids du 6 septembre 2019:

  • Raid 1. Propriété de Ana Milagros Moises et Ismel Berobides, de UNPACU, Santiago de Cuba (vérification de l’adresse en attente). Raid sans mandat de perquisition, avec une grande violence. Les deux ont été arrêtés et lui battu alors qu’il était malade. Il a ensuite été conduit à la polyclinique pour état de santé grave. Articles confisqués: 1 comprimé, 1 mémoire flash, 30 CUC et les médicaments nécessaires à la pathologie clinique d’Ismel.

Raids du 7 septembre 2019:

  • Raid 2. Adresse: rue 9 entre E et G 10 (Elevé). Siège de l’UNPACU et domicile de José Daniel Ferrer. Reparto Altamira. Cambriolage sans mandat de perquisition, avec une grande violence, terrorisant l’épouse de José Daniel Ferrer et trois mineurs (un de 3 mois et une fillette de deux ans qui a pleuré à tout moment pendant l’agression).
  • Raid 3. Adresse: rue 9 entre E et G 10. Siège de la principale UNPACU. Reparto Altamira. Ils ont perquisitionné la maison sans mandat de perquisition de manière particulièrement violente et ont arrêté 26 activistes pour les empêcher d’assister à la manifestation. Yolanda Carmenate fait partie des personnes arrêtées. Elle est en grève de la faim le huitième jour de son séjour à cause de l’emprisonnement de son fils Cristian Pérez Carmenate en août dernier, comme rapporté par  Cuban Prisoners Defenders.
  • Raid 4. Adresse: rue 9 entre E et G 9. Siège de l’UNPACU. Reparto Altamira. Ils ont fait irruption dans la maison sans mandat de perquisition avec particulière violence, prenant du lait et de l’huile (oui, du lait et de l’huile) destinés logiquement à la consommation humaine, qui, nous l’imaginons, finiront par être utilisés au domicile de certains agents de la Sûreté de l’État ou de certains commandements.
  • Raid 5. Adresse: Calle 5 de Vista Hermosa entre C et E # 106. Logement d’Ovidio Martin Castellanos. Avec une grande violence et volant toutes sortes d’objets personnels à des fins domestiques, ils ont arrêté Ovidio, Erlandys García, Sergio García González, Duglas Favier Torres et Ricardo Martinez Cuevas, pour les empêcher d’assister à la manifestation. Toutes les violences ont également été perpétrées en présence de l’épouse d’Ovidio, Zenaida Rams Santana, enceinte de grossesse avancée, et de deux jeunes enfants, affolés lors de l’agression. Ils ont pris un imprimeur et divers documents liés aux études des prisonniers politiques sur l’île et des brochures de l’UNPACU et de Cuba Decide en faveur de la démocratie.

Raids du 10 septembre 2019:

  • Raid 6. Adresse: Calle 9 entre E et G # 9, Reparto Altamira, Santiago de Cuba. Siège de l’UNPACU. Ils ont fermé le quartier militaire de haut rang et arrêté 5 activistes provinciaux (noms en suspens).
  • Raid 7. Adresse: Calle 9 entre E et G # 10, Reparto Altamira, Santiago de Cuba. Siège de l’UNPACU. Recherche simultanée à la précédente. Ils ont fermé le quartier militaire de haut rang et arrêté 5 activistes provinciaux (noms en suspens).

En outre, il est nécessaire de souligner 31 violations de domicile réalisés par la Sécurité de l’État et les forces spéciales, signalés aux  Cuban Prisoners Defenders par l’Union patriotique de Cuba (UNPACU) et détaillés à la section 5 du présent rapport.

5. Liste partielle des arrestations signalées jusqu’au 12 septembre 2019 à 22:00

Les données reçues jusqu’à présent par Cuban Prisoners Defenders montrent que les arrestations se référant seulement aux trois jours rapportés sont les suivantes, et on ne détaille que les arrestations liées à la manifestation:

Arrêtés et détenues le 6 septembre 2019 (11):

  1. Deylis Acosta Sarmiento, de Media Luna, Granma, avec numéro de téléphone (+53) 54254363 et carte d’identité 78110829730, membre de l’UNPACU. Arrêté 5 heures dans l’unité de police de Media Luna. Commentaires: Arrêté violemment pour avoir tenté de rejoindre Santiago de Cuba jusqu’au siège principal.
  2. Sulayne Videaux Figueredo, de Santiago de Cuba, avec carte d’identité 96041802336, membre de l’UNPACU. Arrêtée 1 heure sur la voie publique. Commentaires: Arrêtée violemment pour avoir tenté de rejoindre le quartier général principal.
  3. Iam Gamez Gell, de Santiago de Cuba, avec le numéro de téléphone (+53) 22692517 et la carte d’identité 89102149301, membre de l’UNPACU. Arrêté 1 heure sur la voie publique. Commentaires: Arrêté violemment pour avoir tenté de joindre le quartier général.
  4. Ismel Berobides Antón, de Santiago de Cuba, muni d’une carte d’identité n ° 73101007821, membre de l’UNPACU. Détenu dans la deuxième unité de police. Commentaires: Arrêté après une agression à son domicile. Il souffre d’insuffisance rénale chronique terminale, sauvagement battu, il est en traitement d’hémodialyse. Le passage à tabac a eu lieu en présence de sa fille de 11 ans. Les objets confisqués étaient: une tablette, une clé USB, les médicaments de son traitement. Condamné à une amende de 390 CUC.
  5. Ana Milagros Moisés Goicoechea, de Santiago de Cuba, avec carte d’identité 69012113135, membre de l’UNPACU. Détenue dans la deuxième unité de police. Commentaires: Arrêtée après une agression à son domicile. Elle est l’épouse d’Ismel Berobides.
  6. 3. Carlos Amel Oliva Torres, de Santiago de Cuba, avec son numéro de téléphone (+53) 53957381 et sa carte d’identité 87112340260, membre de l’UNPACU. Arrêté 8 heures dans la deuxième unité de police. Commentaires: Arrêté après avoir quitté ses deux jeunes enfants à l’école, à la suite de l’appel lancé le 8 septembre.
  7. 4. Pedro Acosta, de San Miguel del Padrón, La Havane, avec numéro de téléphone (+53) 58082544 et carte d’identité 51121402267, membre du Movimiento Martiano Cubano. Arrêté 4 heures dans l’unité de police de San Miguel del Padrón. Commentaires: arrêté pour avoir déclaré qu’il soutiendrait la manifestation du 8 septembre.
  8. Zandalio Mejías Zulueta, de La Havane, membre de l’UNPACU. Arrêté plus de 48 heures dans l’unité de police de Zanja / unité de police de San Miguel del Padrón / unité de police de Santiago de las Vegas. Commentaires: arrêté pour avoir déclaré qu’il soutiendrait la manifestation du 8 septembre.
  9. Maykel Herrera Bone, membre de l’UNPACU. Arrêté 45 heures dans l’unité de police de San Miguel del Padrón / unité de police de Guanabo. Commentaires: Arrêtés sur appel de mars 8 septembre.
  10. 2. Zaqueo Báez Guerrero, de Boyeros, La Havane, avec numéro de téléphone (+53) 53060296 et carte d’identité 75103003067, membre de l’UNPACU. Arrêté 48 heures dans l’unité de police d’Alamar. Commentaires: Arrêté sur l’appel du 8 septembre.
  11. 3. Yasmani Soto Mesa, du Front d’action civique Orlando Zapata Tamayo, a été arrêté le samedi 7 septembre à 19 heures et conduit au siège de la police de La Lisa où il est resté jusqu’au lendemain à 11 heures.

Arrêtés et détenues le 7 septembre 2019 (36):

  1. Luis Angel Leyva Domínguez, de Mella, Santiago de Cuba, membre de l’UNPACU. Détenu 48 heures dans la troisième unité de police. Commentaires: Arrêté après une attaque contre le siège de l’UNPACU pour empêcher les activistes de marcher. Condamné à une amende de1000 CUP.
  2. Yisdel Suárez Saíz, de Mella, Santiago de Cuba, muni d’une carte d’identité 85050821016, membre de l’UNPACU. Détenu 48 heures dans la troisième unité de police. Commentaires: Arrêté après une attaque contre le siège de l’UNPACU pour empêcher les activistes de marcher. Condamné à une amende de1000 CUP.
  3. Adrián Ochoa Portales, de Mella, Santiago de Cuba, membre de l’UNPACU. Arrêté 12 heures dans la première unité de police. Commentaires: Arrêté après une attaque contre le siège de l’UNPACU pour empêcher les activistes de partir.   Condamné à une amende de 1500 CUP. Voir aussi la citation judiciaire.
  4. Moraima Díaz Pérez, de Mella, Santiago de Cuba, avec numéro de téléphone (+53) 54371779 et carte d’identité 73031216792, membre de l’UNPACU. Détenue 48 heures dans la troisième unité de police. Commentaires: Arrêtée après une attaque contre le siège de l’UNPACU pour empêcher les activistes de partir. Condamné à une amende de  500 CUP par décret n ° 141 du Ministère de l’Intérieur, article 11 (ce décret ne comporte que 10 articles).
  5. Maidolis Oribe Perdomo, de Mella, Santiago de Cuba, avec numéro de téléphone (+53) 54371780, membre de l’UNPACU. Détenu 48 heures dans la troisième unité de police. Commentaires: Arrêté après une attaque contre le siège de l’UNPACU pour empêcher les activistes de partir. Condamné à une amende de 500 CUP.
  6. Jesus Sanchez Romero, de Santiago de Cuba, avec carte d’identité 72060211843, membre de l’UNPACU. Détenu 48 heures dans la troisième unité de police. Commentaires: Arrêté après une attaque contre le siège de l’UNPACU pour empêcher les activistes de partir. Condamné à une amende de 1000 CUP.
  7. Alexis Rodriguez Chacón, de Santiago de Cuba, avec numéro de téléphone (+53) 54484858, membre de l’UNPACU. Détenu 48 heures dans la troisième unité de police. Commentaires: Arrêté après une attaque contre le siège de l’UNPACU pour empêcher les activistes de partir. Condamné à une amende de 1000 CUP.
  8. Niubis Bicet Romero, de Santiago de Cuba, avec carte d’identité 80101423515, membre de l’UNPACU. Détenue 48 heures dans la troisième unité de police. Commentaires: arrêtée après un assaut sur le siège de l’UNPACU pour empêcher les activistes de partir.
  9. Yolanda Carmenate Fernández, de Las Tunas, membre de l’UNPACU. Commentaires: Arrêtée après une attaque contre le siège de l’UNPACU pour empêcher les activistes de partir.
  10. María del Carmen Cala Aguilera, de Holguín, membre de l’UNPACU. Commentaires: Arrêtée après une attaque contre le siège de l’UNPACU pour empêcher les activistes de partir.
  11. Carlos Oliva Rivery, de Santiago de Cuba, avec le numéro de téléphone (+53) 58019567 et la carte d’identité 66102212907, membre de l’UNPACU. Arrêté 8 heures dans la première unité de police. Commentaires: Arrêté après une attaque contre le siège de l’UNPACU pour empêcher les activistes de partir. Condamné à une amende de 1500 CUP.
  12. Roilán Zárraga Ferrer, de Santiago de Cuba, muni de la carte d’identité 67051012182, membre de l’UNPACU. Détenu heures dans la troisième unité de police. Commentaires: Arrêté après une attaque contre le siège de l’UNPACU pour empêcher les activistes de partir. Condamné à une amende de 1000 CUP.
  13. Manuel Mustelier Tamayo, de Songo La Maya, Santiago de Cuba, avec numéro de téléphone (+53) 54455169 et carte d’identité 8711143314, membre de l’UNPACU. Détenu 48 heures dans la troisième unité de police. Commentaires: Arrêté après une attaque contre le siège de l’UNPACU pour empêcher les activistes de partir. Condamné à une amende de 500 CUP.
  14. Fernando González Vaillant, de Santiago de Cuba, muni de la carte d’identité 67051012182, membre de l’UNPACU. Détenu 48 heures dans la troisième unité de police. Commentaires: Arrêté après une attaque contre le siège de l’UNPACU pour empêcher les activistes de partir. Condamné à une amende de 1000 CUP.
  15. Miguel Anaya Martínez, de Santiago de Cuba, avec carte d’identité 77120126420, membre de l’UNPACU. Détenu 48 heures dans la troisième unité de police. Commentaires: Arrêté après une attaque contre le siège de l’UNPACU pour empêcher les activistes de partir. Condamné à une amende de 1000 CUP.
  16. Evelio Fernandez Salazar, de Santiago de Cuba, muni de la carte d’identité 62030412788, membre de l’UNPACU. Détenu 48 heures dans la troisième unité de police. Commentaires: Arrêté après une attaque contre le siège de l’UNPACU pour empêcher les activistes de partir. Condamné à une amende de 500 CUP.
  17. Wilder Cervantes Cusa, de Santiago de Cuba, avec carte d’identité 67110812566, membre de l’UNPACU. Détenu 48 heures dans la troisième unité de police. Commentaires: Arrêté après une attaque contre le siège de l’UNPACU pour empêcher les activistes de partir. Condamné à une amende de 500 CUP.
  18. Norge Sablón Polo, de Santiago de Cuba, avec carte d’identité 85070619462, membre de l’UNPACU. Détenu 48 heures dans la troisième unité de police. Commentaires: Arrêté après une attaque contre le siège de l’UNPACU pour empêcher les activistes de partir. Condamné à une amende de 500.
  19. Yeridian Álvarez Martínez, de Las Tunas, membre de l’UNPACU. Commentaires: Arrêté après une attaque contre le siège de l’UNPACU pour l’empêcher de participer à la marche du 8 septembre, déporté dans sa province et toujours emprisonné.
  20. José Pupo Chaveco, de Santiago de Cuba. Pas militant. C’est un cas social. Détenu 48 heures dans la troisième unité de police. Commentaires: Arrêté après une attaque contre le siège de l’UNPACU pour empêcher les activistes de partir. Condamné à une amende de1000 CUP.
  21. Oris Ramírez Leyva, de Mella, Santiago de Cuba, membre de l’UNPACU. Arrêtée 12 heures dans la première unité de police. Commentaires: Arrêtée après un assaut contre le siège de l’UNPACU. Condamné à une amende de 1500 CUP.
  22. Manuel Pérez Suárez, de Mella, Santiago de Cuba, membre de l’UNPACU. Arrêté 12 heures dans la première unité de police. Commentaires: Arrêté après une attaque contre le siège de l’UNPACU pour empêcher les activistes de partir.  Condamné à une amende de 1500 CUP.
  23. Iam Gámez Gell, de Santiago de Cuba, avec le numéro de téléphone (+53) 22692417 et la carte d’identité 89102149301, membre de l’UNPACU. Arrêté Plus de 48 heures dans la troisième unité de police. Commentaires: Arrêté après une attaque contre le siège de l’UNPACU pour empêcher les activistes de partir. Condamné à une amende de 500 CUP.
  24. Marina Paz Labaceno, de Santiago de Cuba, n’est militante dans aucune organisation. Détenue 48 heures dans la troisième unité de police. Commentaires: Arrêtée après une attaque contre le siège de l’UNPACU pour empêcher les activistes de partir. Condamné à une amende de 500 CUP.
  25. Isael Aleaga Pérez, de Mella, Santiago de Cuba, avec numéro de téléphone (+53) et carte d’identité 50071225843, membre de l’UNPACU. Détenu 48 heures dans la troisième unité de police. Commentaires: Arrêté après une attaque contre le siège de l’UNPACU pour empêcher les activistes de partir. Condamné à une amende de 500 CUP.
  26. Ovidio Martin Castellanos, de Santiago de Cuba, avec numéro de téléphone (+53) 58806922, membre de l’UNPACU. Arrêté 96 heures et transféré à la prison d’Aguadores avec une peine de 5 mois de réclusion pour non-paiement d’une amende arbitraire de 2000 CUP. Commentaires: Arrêté après une agression à son domicile pour l’empêcher de participer à la marche du 8 septembre.
  27. Erlandys García, de Mayarí. Holguin, membre de l’UNPACU. Commentaires: Arrêtée après une agression contre l’un des quartiers généraux de l’UNPACU pour l’empêcher de participer à la marche du 8 septembre.
  28. Sergio García González, de Mayarí. Holguin, membre de l’UNPACU. Commentaires: Arrêté après une agression contre l’un des quartiers généraux de l’UNPACU pour l’empêcher de participer à la marche du 8 septembre.
  29. Bartolo Cantillo, de Guantanamo, membre de l’UNPACU. Commentaires: 24 heures en détention au sein de l’unité Parque 24 de Guantanamo pour l’empêcher d’assister à la marche du 8 septembre.
  30. José Díaz Silva, de La Havane, membre du Mouvement d’opposition pour une nouvelle république. Arrêté Plus de 24 heures dans l’unité de police de Santiago de Las Vegas. Commentaires: Arrêté pour l’empêcher d’assister à la marche le 8 septembre.
  31. 31.María Josefa Acón Sardiñas, de La Havane, membre de l’UNPACU. Arrêtée 17 heures en voiture de patrouille. Commentaires: Arrêtée pour l’empêcher d’assister à la marche du 8 septembre.
  32. Alexeis Pérez Lescailles, de La Havane, membre de l’UNPACU. Arrêté 17 heures en voiture de patrouille. Commentaires: Arrêté pour l’empêcher d’assister à la marche le 8 septembre.
  33. Yoel Parsons Bones, de La Havane, membre de l’UNPACU. Arrêté 20 heures dans l’unité de police d’Aguila. Commentaires: Arrêté pour l’empêcher d’assister à la marche le 8 septembre.
  34. Julio Iglesias Fragela, de La Havane, membre de l’UNPACU. Arrêté 15 heures dans l’unité de police d’Aguilera. Commentaires: Arrêté pour l’empêcher d’assister à la marche le 8 septembre.
  35. Jorge Cervantes Garcia, de Santiago de Cuba, membre de l’UNPACU.  Commentaires: Arrêté pour l’empêcher d’assister à la marche le 8 septembre.
  36. Jose Antonio Lopez Piña, du Christ, Santiago de Cuba, membre de l’UNPACU. Commentaires: Arrêté pour empêcher la participation à l’appel du 8 septembre. Amende arbitraire de 500 CUP.

Arrêtés et détenues le 8 septembre 2019 (141):

  1. Berta Soler Fernández, dirigeante des Dames en Blanc, réside à La Havane. Arrêté violemment en quittant le siège national à Lawton, dans l’unité de police de Cotorro, et libéré à 24 heures. Il faut souligner qu’ils la relâchent depuis 24 ans, après 24 heures d’arrestation, dormant tous les dimanches arrêtés dans des cachots.
  2. Yolanda Santana Ayala. Dame en Blanc, détenue violemment à La Havane, quitte le siège national de cette organisation. Ils ont imposé une amende arbitraire de 150 CUP.
  3. Gladys Capote Roque. Dame en Blanc, détenue violemment à La Havane, a quitté le siège de son organisation. Ils ont imposé une amende arbitraire de 150 CUP.
  4. Mayelin Peña Bullain. Dame en Blanc, arrêté et menotté. Libéré avec une lettre d’avertissement disant que s’il sortait dimanche prochain, il serait battu “jusqu’à ce que vous ayez les dents levées”. Vous avez été condamné à une amende arbitraire de 150 CUP
  5. Angel Moya Acosta, époux de Berta Soler, militante pour le prisonnier d’opinion d’Amnesty International depuis 1999 et actuellement condamné pour condamnation à la conscience par des prisonniers cubains défenseurs, a été violemment arrêté alors qu’il quittait le siège national des Dames en Blanc à La Havane. Heures unitaires Cojimar.
  6. Maria Rosa Rodríguez Molina. Dame en Blanc, arrêté PNR de Caimito.
  7. María Cristina a appelé Varona. Dame en Blanc, arrêtée à La Havane dans une voiture de police.
  8. Julia Herrera Roque. Dame en Blanc, arrêtée à La Havane dans une voiture de police.
  9. Oylin Hernández Rodríguez. Dame en Blanc, détenue à La Havane, dans PNR de Caimito
  10. Danaisi Muñoz López, membre de Delibera, muni d’une carte d’identité 85011806010 et d’un téléphone (+53) 54731994, détenu à El Vedado le 8 à 1 heure du matin. La police a jeté les chiens à sa plus jeune fille, Zaimaris de la Caridad Rodríguez Muñoz, le frappant violemment, lui causant des séquelles à traiter à l’hôpital pédiatrique de Centro Habana.
  11. Zaimaris de la Caridad Rodríguez Muñoz, fille de Danaisi, âgée de moins de 15 ans, munie de la carte d’identité 04021967611, à laquelle la police politique de Vedado a jeté les chiens de proie avant de la frapper violemment et de la conduire à la Hôpital pédiatrique de Centro Habana. Elle a été détenue pendant 10 heures. Après l’avoir relâchée avec sa mère, ils l’ont convoquée à un procès pour mineurs et l’ont placée dans une prison pour mineurs afin de l’éloigner de ses parents. Il subit encore les conséquences de l’agression.
  12. Iyolexis Despaigne Poei, détenu à Vedado le 8 à 1 heure du matin, pendant 10 heures avec Danaisi et Zaimaris. Il a été témoin de tout ce qui s’est passé lors de l’agression grave contre le mineur Zaimaris.
  13. Dualsis Daniel Díaz Vázquez, détenu à Vedado le 8 à 1 heure du matin, pendant 10 heures avec Danaisi, Zaimaris et Iyolexis. Il a été témoin de tout ce qui s’est passé lors de l’agression grave contre le mineur Zaimaris.
  14. Leticia Ramos Herrería, Dame de Blanc, arrêtée pendant six heures dans une voiture de police 702 et 228.
  15. Odalis Hernández Hernández, Dame de Blanc, arrêtée pendant 2 heures dans une voiture de police 702 et 228.
  16. Caridad María Burunate Gómez, Dama de Blanco, arrêtée à 8 heures ce matin aujourd’hui à Colón, Matanzas, et emmenée dans les locaux de la Direction municipale des services communautaires, où elle est restée en détention jusqu’à 4 heures: 30 heures de l’après-midi.
  17. Tania Echevarría Menéndez, Dama de Blanco, a été arrêtée à 10 heures du matin à Colón, Matanzas, puis emmenée dans les locaux de la Direction municipale des services communautaires où elle a été maintenue en détention jusqu’à 16h30.
  18. Celina Claro Osorio, Dame en Blanc, arrêtée à Guantanamo et condamnée à une amende arbitraire de 150 CUP.
  19. Hortensia Alonso Vega, Dame en Blanc, arrêtée en voiture de patrouille à partir de 5h00.
  20. Cira Vega de la Fé, Dame en Blanc, arrêtée en voiture de patrouille à partir de 5 heures du matin.
  21. Reyna Rodríguez Cañada, Dame en Blanc, arrêtée à Santiago de Cuba.
  22. Eulides Sánchez Rodríguez, militante liée aux Dames en Blanc, arrêtée à Santiago de Cuba.
  23. Yudaisis Pérez Meneses, Dama de Blanco, arrêtée à 10 heures du matin à Colón, Matanzas, et emmenée dans les locaux de la direction municipale des services communautaires où elle est restée en détention jusqu’à 16h30.
  24. Asunción Carrillo Hernández, Dama de Blanco, a été arrêtée à 10 heures du matin à Colón, Matanzas, et emmenée dans les locaux de la direction municipale des services communautaires où elle a été maintenue en détention jusqu’à 4h30 de l’après-midi.
  25. Maritza Acosta Perdomo, Dama de Blanco, arrêtée à 10 heures du matin à Colón, Matanzas, et emmenée dans les locaux de la Direction municipale des services communautaires, où elle est restée en détention jusqu’à 16h30.
  26. Annia Zamora Carmenate, Dama de Blanco, arrêtée à Carlos Rojas, Jovellanos, Matanzas, de 9 à 11 heures du matin, a continué de courir dans une voiture de police de la Sûreté de l’État jusqu’à sa libération.
  27. Sissi Abascal Zamora, Dama de Blanco a été arrêtée à Carlos Rojas, Jovellanos, Matanzas de 9 à 11 heures et a continué à courir dans une voiture de police de la Sûreté de l’État jusqu’à sa libération.
  28. Dianelis Moreno Soto, Dama de Blanco, arrêtée à Carlos Rojas, Jovellanos, Matanzas de 09h00 à 11h00 et qui a continué à courir dans une voiture de patrouille de la Sûreté de l’État jusqu’à sa libération.
  29. Aleida Cofiño Rivero, Dama de Blanco, est détenue à Jovellanos, Matanzas, de 10 heures du matin à 6 heures de l’après-midi au siège de la police locale.
  30. Osmara Martín Fundora, de l’Association des Syndicats Indépendants de Cuba (ASIC), arrêtée à La Havane, à la sortie de son domicile, de 8 h 30 à 12 h 30 à la caserne de police de Zapata et 21 dans le Vedado.
  31. Emilio Alberto Gottardi Gottardi, de l’Association des Syndicats Indépendants de Cuba (ASIC), arrêté à La Havane alors qu’il quittait son domicile à 8 h 30 du matin et jusqu’à 12 h 30 au siège de la police de Zapata 21 dans le Vedado.
  32. Reinaldo Abreu Alfonso, militant de l’UNPACU, avec carte d’identité 62112824108 et adresse sur l’Avenida 25, entre 127 et 128 apt 3, Marianao, La Havane. Arrêté le jour 8 à 14 heures, conduit à la 6ème unité et libéré à 19 heures le même jour.
  33. Carlos Alberto Álvarez Roja, de La Havane, membre de l’UNPACU. Il est détenu depuis plus de 72 heures à l’unité de police de Zanja. Commentaires: arrêté pour l’empêcher d’assister à la marche du 8 septembre.
  34. Casilda Acosta Pérez, de La Havane, membre de l’UNPACU. Arrêtée 8 heures à l’unité de police de Cuba et Chacón. Commentaires: arrêtée pour l’empêcher d’assister à la marche du 8 septembre.
  35. Edgardo Goile Fonseca, de La Havane, membre de l’UNPACU. Arrêté plus de 48 heures. Commentaires: arrêté pour l’empêcher d’assister à la marche du 8 septembre.
  36. Dayana Martínez Padrón, de La Havane, membre de l’UNPACU. Arrêtée 8 heures à l’unité de police de Cuba et Chacón. Commentaires: arrêtée pour l’empêcher d’assister à la marche du 8 septembre.
  37. Cándido Chacón Puñales, de La Havane, membre de l’UNPACU. Arrêté 9 heures dans le fossé de l’unité de police. Commentaires: arrêté pour l’empêcher d’assister à la marche du 8 septembre.
  38. Alexis Lahoz Bartelemi, de La Havane, membre de l’UNPACU. Détenu 9 heures dans l’unité de police de Cerro. Commentaires: arrêté pour l’empêcher d’assister à la marche du 8 septembre.
  39. Jacqueline Heredia Morales, de La Havane, membre de l’UNPACU. Arrêtée 8 heures dans l’unité de police de Zanja. Commentaires: arrêtée pour l’empêcher d’assister à la marche du 8 septembre.
  40. Jesus Rivas Álvarez, de La Havane, membre de l’UNPACU. Arrêté 13 heures dans l’unité de police de Guanabacoa. Commentaires: arrêté pour l’empêcher d’assister à la marche du 8 septembre.
  41. Jeovel Hernandez Aranda, de La Havane, membre de l’UNPACU. Arrêté 15 heures dans l’unité de police de San Miguel del Padron. Commentaires: arrêté pour l’empêcher d’assister à la marche du 8 septembre.
  42. Aneski Jiménez Jardí, de La Havane, membre de l’UNPACU. Arrêté 13 heures dans l’unité de police de Guanabacoa. Commentaires: arrêté pour l’empêcher d’assister à la marche du 8 septembre.
  43. Roberto Perez Rodriguez, de La Havane, membre de l’UNPACU. Arrêté 15 heures dans l’unité de police de San Miguel del Padrón. Commentaires: arrêté pour l’empêcher d’assister à la marche du 8 septembre.
  44. Osmany Mendoza Ferriol, de La Havane, membre de l’UNPACU. Arrêté 11 heures dans l’unité de police de Wajay. Commentaires: Arrêté pour l’empêcher d’assister à la marche du 8 septembre.
  45. Osvaldo Mendoza Ferriol, de La Havane, membre de l’UNPACU. Arrêté 11 heures dans l’unité de police de Wajay. Commentaires: Arrêté pour l’empêcher d’assister à la marche du 8 septembre.
  46. Bárbaro Molinet García, de La Havane, membre de l’UNPACU. Arrêté pendant 1 heure Commentaires: Arrêté pour l’empêcher d’assister à la marche du 8 septembre.
  47. Cosme Damián Domínguez Peñalbert, de La Havane, membre de l’UNPACU. Arrêté 1 heure sur la voie publique. Commentaires: Arrêté devant l’église pour avoir tenté de marcher le 8 septembre.
  48. Manuel de Jesús Guillen Esplugas, de La Havane, membre de l’UNPACU. Arrêté 1 heure sur la voie publique. Commentaires: Arrêté devant l’église pour avoir tenté de marcher le 8 septembre.
  49. Eugenio Orlando Ramírez Pedroso, de La Havane, membre de l’UNPACU. Arrêté 1 heure sur la voie publique. Commentaires: Arrêté devant l’église pour avoir tenté de marcher le 8 septembre.
  50. Gustavo Garabito Gómez, de La Havane, membre de l’UNPACU. Arrêté 1 heure sur la voie publique. Commentaires: Arrêté devant l’église pour avoir tenté de marcher le 8 septembre.
  51. Aliuska Gómez García, de La Havane, membre de l’UNPACU. Arrêtée 11 heures dans l’unité de police de Wajay.
  52. Yoandris Betancourt Castellano, de Santiago de Cuba, membre de l’UNPACU. Arrêté 24 heures. Commentaires: Arrêté après une attaque contre le siège de l’UNPACU pour empêcher les activistes de partir. Condamné à une amende de 500 CUP
  53. Danilo Diego Fernández, de Santiago de Cuba, membre de l’UNPACU. Arrêté 24 heures. Commentaires: Arrêté après une attaque contre le siège de l’UNPACU pour empêcher les activistes de partir. Condamné à une amende de 500 CUP
  54. Manuel Velázquez Licea, de La Havane, membre du Mouvement d’opposition pour une nouvelle république. Arrêté 11 heures dans l’unité de police de Batabanó. Commentaires: arrêté pour l’empêcher d’assister à la marche du 8 septembre.
  55. Jorge Ortiz Aguilera, de La Havane, membre du Mouvement d’Opposition pour une Nouvelle République. Arrêté 11 heures dans l’unité de police de Batabanó. Commentaires: arrêté pour l’empêcher d’assister à la marche du 8 septembre.
  56. Yasmani Campo Castellano, de La Havane, membre du Mouvement d’Opposition pour une Nouvelle République. Arrêté 11 heures dans l’unité de police de Batabanó. Commentaires: arrêté pour l’empêcher d’assister à la marche du 8 septembre.
  57. Manuel Enrique Rosendo Gonzalez, de La Havane, membre du Mouvement d’Opposition pour une Nouvelle République. Arrêté 11 heures dans l’unité de police de Batabanó. Commentaires: Arrêté pour l’empêcher d’assister à la marche du 8 septembre.
  58. Nancy Quiñones Gonzalez, de La Havane, membre du Mouvement d’Opposition pour une Nouvelle République. Arrêté 2 heures à l’unité de police de Santiago de las Vegas. Commentaires: Arrêté pour l’empêcher d’assister à la marche du 8 septembre.
  59. Rolando Diaz Silva, de La Havane, membre du Mouvement d’Opposition pour une Nouvelle République. Arrêté 2 heures à l’unité de police de Santiago de las Vegas. Commentaires: Arrêté pour l’appel à l’UNPACU et Cuba Décide.
  60. Tony Alberto Salazar Deulofeo, de La Havane, membre du Mouvement d’Opposition pour une Nouvelle République. Arrêté 2 heures à l’unité de police de Santiago de las Vegas. Commentaires: Arrêté pour l’appel à l’UNPACU et Cuba Décide.
  61. Adrián Curuneut Estven, de La Havane, membre du Mouvement d’Opposition pour une Nouvelle République. Arrêté 2 heures à l’unité de police de Santiago de las Vegas. Commentaires: Arrêté pour l’appel à l’UNPACU et Cuba Décide.
  62. Mario Alberto Hernandez Leyva, de La Havane, membre du Mouvement d’Opposition pour une Nouvelle République. Arrêté 2 heures à l’unité de police de Santiago de las Vegas. Commentaires: Arrêté pour l’appel à l’UNPACU et Cuba Décide.
  63. Diosvel Veliz Marín, de La Havane, membre du Mouvement d’Opposition pour une Nouvelle République. Arrêté 2 heures à l’unité de police de Santiago de las Vegas. Commentaires: Arrêté pour l’appel à l’UNPACU et Cuba Décide.
  64. Angel Castro Carrera, de La Havane, membre du Mouvement d’Opposition pour une Nouvelle République. Arrêté 2 heures à l’unité de police de Santiago de las Vegas. Commentaires: Arrêté pour l’appel à l’UNPACU et Cuba Décide.
  65. Eris Yuniesky García Soto, de La Havane, membre du Mouvement d’Opposition pour une Nouvelle République. Arrêté 2 heures à l’unité de police de Santiago de las Vegas. Commentaires: Arrêté pour l’appel à l’UNPACU et Cuba Décide.
  66. Dunia Diaz Vila, de La Havane, membre du Mouvement d’Opposition pour une Nouvelle République. Arrêté 2 heures à l’unité de police de Santiago de las Vegas. Commentaires: Arrêté pour l’appel à l’UNPACU et Cuba Décide.
  67. Luis Jesús Gutierrez Campo, de La Havane, membre du Mouvement d’Opposition pour une Nouvelle République. Arrêté 2 heures à l’unité de police de Santiago de las Vegas. Commentaires: Arrêté pour l’appel à l’UNPACU et Cuba Décide.
  68. Ricardo Luna Rodriguez, membre du Front d’Action Civique Orlando Zapata Tamayo. Arrêté 5 heures dans l’unité de police La Lisa. Commentaires: Arrêté pour empêcher d’être présent à l’appel du 8 septembre.
  69. Emir Gonzalez Janero, membre du Front d’Action Civique Orlando Zapata Tamayo. Arrêté 5 heures dans l’unité de police La Lisa. Commentaires: Arrêté pour empêcher d’être présent à l’appel du 8 septembre.
  70. Luis Andrés Domínguez Sardiñas, membre du Front d’Action Civique Orlando Zapata Tamayo. Arrêté 5 heures dans l’unité de police La Lisa. Commentaires: Arrêté pour empêcher d’être présent à l’appel du 8 septembre.
  71. Francisco García Puniel, membre du Front d’Action Civique Orlando Zapata Tamayo. Arrêté 5 heures dans l’unité de police La Lisa. Commentaires: Arrêté pour empêcher d’être présent à l’appel du 8 septembre.
  72. Hugo Damián Prieto Blanco, membre du Front d’Action Civique Orlando Zapata Tamayo. Arrêté 5 heures dans l’unité de police La Lisa. Commentaires: Arrêté pour empêcher d’être présent à l’appel du 8 septembre.
  73. Yasmany Soto Mesa, membre du Front d’Action Civique Orlando Zapata Tamayo. Arrêté 5 heures dans l’unité de police La Lisa. Commentaires: Arrêté pour empêcher d’être présent à l’appel du 8 septembre.
  74. Vladimir Martín Castellano, de Las Tunas, membre de l’UNPACU. Arrêté dans sa maison. Commentaires: Détenu de force dans sa maison pour qu’il ne se rende pas à la manifestation du 8 septembre.
  75. Iliana Marrero Marrero, de Las Tunas, membre de l’UNPACU. Arrêtée dans sa maison. Commentaires: Détenue de force dans sa maison pour qu’elle ne se rende pas à la manifestation du 8 septembre.
  76. María Coba Batista, de Las Tunas, membre de l’UNPACU. Arrêtée dans sa maison. Commentaires: Détenue de force dans sa maison pour qu’elle ne se rende pas à la manifestation du 8 septembre.
  77. Angel Milán Ramírez, de Las Tunas, membre de l’UNPACU. Commentaires: Arrêté pour empêcher d’être présent à l’appel du 8 septembre.
  78. Abel Peña Carvajal, de Santiago de Cuba, avec le numéro de téléphone (+53) 52976732 et la carte d’identité 70071510804, membre de l’UNPACU. Arrêté 13 heures dans l’unité de police du Christ. Commentaires: Arrestation violente pour empêcher la participation à l’appel du 8 septembre.
  79. Carlos Oliva Rivery, de Santiago de Cuba, avec numéro de téléphone (+53) 58019765, membre de l’UNPACU. Arrêté 72 heures dans la première unité de police / troisième unité de police. Commentaires: arrêté de partir paisiblement.
  80. Ernesto Oliva Torres, de Santiago de Cuba, avec le numéro de téléphone (+53) 53957381 et la carte d’identité 96122302506, membre de l’UNPACU. Arrêté 11 heures. Commentaires: arrêté de partir paisiblement.
  81. Yadira Serrano Díaz, de Songo La Maya, Santiago de Cuba, avec numéro de téléphone (+53) 54524139, membre de l’UNPACU. Arrêtée 11 heures. Commentaires: arrêté de partir paisiblement.
  82. Yordanis Labrada Téllez, de Songo La Maya, Santiago de Cuba, membre de l’UNPACU. Commentaires: arrêté de partir paisiblement.
  83. José Castillo Ríos, de Santiago de Cuba, membre de l’UNPACU. Commentaires: arrêté de partir paisiblement.
  84. Ulises Beca Lago, de Santiago de Cuba, membre de l’UNPACU. Commentaires: arrêté de partir paisiblement.
  85. Jose Daniel Ferrer García, de Santiago de Cuba, membre de l’UNPACU et prisonnier d’opinion d’Amnesty International, adopté par Cuban Prisoners Defenders comme un condamné de conscience. Commentaires: Arrêté pour s’être rendu pacifiquement dans une détention qu’il a lui-même enregistrée (https://youtu.be/YD66gOkfA6g).
  86. José Daniel Ferrer Cantillo, de Santiago de Cuba, membre de l’UNPACU. Commentaires: arrêté de partir paisiblement.
  87. Carlos Amel Oliva Torres, de Santiago de Cuba, membre de l’UNPACU. Arrêté dans manquant. Commentaires: arrêté de partir paisiblement.
  88. Leudis Mustelier Reyes, de Santiago de Cuba, membre de l’UNPACU. Commentaires: Arrêté pour empêcher d’être présent à l’appel du 8 septembre.
  89. Gretel Rams Santana, de Santiago de Cuba, membre de l’UNPACU. Commentaires: Arrêtée pour empêcher d’être présent à l’appel du 8 septembre.
  90. Aida Sanchez Rama, de Santiago de Cuba, membre de l’UNPACU. Commentaires: Arrêtée pour empêcher d’être présent à l’appel du 8 septembre.
  91. Anisley Segal Zamora, de Santiago de Cuba, membre de l’UNPACU. Commentaires: Arrêté pour empêcher d’être présent à l’appel du 8 septembre.
  92. Yasmany Acosta Mendoza, de Santiago de Cuba, membre de l’UNPACU. Commentaires: Arrêté pour empêcher d’être présent à l’appel du 8 septembre.
  93. Franklin Álvarez, de Santiago de Cuba, membre de l’UNPACU. Commentaires: Arrêté pour empêcher d’être présent à l’appel du 8 septembre.
  94. Arianna Lopez Roque, de Placetas, membre de l’Académie Julio Machado. Commentaires: Arrêtée pour empêcher d’être présent à l’appel du 8 septembre.
  95. Janny Corrales del Rio, de Placetas, membre de l’Académie Julio Machado. Commentaires: Arrêtée pour empêcher d’être présent à l’appel du 8 septembre.
  96. Alexeis Mora Montalvo, de Placetas, membre de l’Académie Julio Machado. Commentaires: Arrêté pour empêcher d’être présent à l’appel du 8 septembre.
  97. Anayansi Bergara Cabrera, de Santa Clara, membre du commandement civique Leoncio Vidal. Commentaires: Arrêtée pour empêcher d’être présent à l’appel du 8 septembre.
  98. Maria Josefa Orama Garcia, de Santa Clara, membre du commandement civique Leoncio Vidal. Commentaires: Arrêtée pour empêcher d’être présent à l’appel du 8 septembre.
  99. Félix Perez Salazar, de Santa Clara, membre du commandement civique Leoncio Vidal. Commentaires: Arrêté pour empêcher d’être présent à l’appel du 8 septembre.
  100. Yanisbel Valido Perez, de Santa Clara, membre du commandement civique de Leoncio Vidal. Commentaires: Arrêtée pour empêcher d’être présent à l’appel du 8 septembre.
  101. Lilian Lucía Orama García, de Santa Clara, membre du commandement civique Leoncio Vidal. Commentaires: Arrêtée pour empêcher d’être présent à l’appel du 8 septembre.
  102. Geovel Manso Lopez, de Santa Clara, membre du Commandement Civique Leoncio Vidal. Commentaires: Arrêté pour empêcher d’être présent à l’appel du 8 septembre.
  103. Geordanis Muñoz Guerrero, de Palma Soriano, Santiago de Cuba, membre de l’UNPACU. Commentaires: Arrêté pour empêcher d’être présent à l’appel du 8 septembre.
  104. Yenisey Jiménez Reyna, de Palma Soriano, Santiago de Cuba, membre de l’UNPACU. Commentaires: Arrêté pour empêcher d’être présent à l’appel du 8 septembre.
  105. Adael Muñoz Guerrero, de Palma Soriano, Santiago de Cuba, membre de l’UNPACU. Commentaires: Arrêté pour empêcher d’être présent à l’appel du 8 septembre.
  106. Yulisnei Richard Viel, de Palma Soriano, Santiago de Cuba, membre de l’UNPACU. Commentaires: Arrêté pour empêcher d’être présent à l’appel du 8 septembre.
  107. Yeroslandy Calderín Alvarado, de Palma Soriano, Santiago de Cuba, membre de l’UNPACU. Commentaires: Arrêté pour empêcher d’être présent à l’appel du 8 septembre.
  108. Larisuka Molina Enamorado, de Jobabo, Las Tunas, membre de l’UNPACU. Commentaires: Arrêtée pour empêcher d’être présent à l’appel du 8 septembre.
  109. Francisco Rangel Manzano, du Parti pour la démocratie, Pedro Luis Boitel, arrêté à 9h45 et libéré à 13h00 après avoir infligé une amende de 30 CUP. Il était détenu au siège de la police municipale à Colon.
  110. Carlos Orlando Olivera Martínez, du Parti de la Démocratie, Pedro Luis Boitel, arrêté à 9h45 et libéré à 13h00 après avoir infligé une amende de 30 CUP. Il était détenu au siège de la police municipale à Colón.
  111. Aníbal Riveaux Figueredo, de Santiago de Cuba, membre de l’UNPACU. Commentaires: Arrêté et battu pour empêcher d’être présent à l’appel du 8 septembre.
  112. Yumila Yessica Miranda Miquel, de Santiago de Cuba, membre de l’UNPACU. Commentaires: Arrêtée pour empêcher d’être présent à l’appel du 8 septembre.
  113. Licet Varona de la Cruz, de Santiago de Cuba, membre de l’UNPACU. Commentaires: Arrêtée pour empêcher d’être présent à l’appel du 8 septembre.
  114. Leonardo Rivery Gascón, de Santiago de Cuba, membre de l’UNPACU. Commentaires: Arrêté pour empêcher d’être présent à l’appel du 8 septembre.
  115. Ernesto Roberto Rivery Gascón, de Santiago de Cuba, membre de l’UNPACU. Commentaires: Arrêté pour empêcher d’être présent à l’appel du 8 septembre.
  116. Miraida Martín Calderín, de Santiago de Cuba, membre de l’UNPACU. Commentaires: Arrêtée pour empêcher d’être présent à l’appel du 8 septembre.
  117. Ángel Hinojosa Castellano, de Santiago de Cuba, membre de l’UNPACU. Commentaires: arrêté et battu pour empêcher la participation à l’appel du 8 septembre
  118. Keilylli de la Mora Valle, de Cienfuegos, membre de l’UNPACU (nous collectons davantage de données sur sa détention et sa situation)
  119. Joel Ramírez Peña, membre du Mouvement de Réflexion et de Réconciliation du Mouvement Citoyen. Arrêt sur le chemin du parc Cartagena à Rhodes, province de Cienfuegos, le dimanche 8 septembre à 8h30. jusqu’à 4h00 de l’après-midi.
  120. Yoslovy Piñol Morfa, membre du Mouvement de Réflexion et de Réconciliation du Mouvement Citoyen. Arrêt sur le chemin du parc Cartagena à Rhodes, province de Cienfuegos, le dimanche 8 septembre à 8h30. jusqu’à 4h00 de l’après-midi.
  121. Bárbaro Piñol Morfa, membre du Mouvement Citoyen Réflexion et Réconciliation. Arrêté sur le chemin du parc Cartagena à Rhodes, province de Cienfuegos, le dimanche 8 septembre à 8h30. jusqu’à 4h00 de l’après-midi.
  122. Yasiel González Quijano, membre du Mouvement Citoyen Réflexion et Réconciliation. Arrêté sur le chemin du parc Cartagena à Rhodes, province de Cienfuegos, le dimanche 8 septembre à 8h30. jusqu’à 4h00 de l’après-midi.
  123. Roque Iván Martínez Beldarrain, membre de l’Association des Syndicats Indépendants de Cuba (ASIC), a été arrêté à 10 h 00 et maintenu dans un véhicule de patrouille dans la municipalité de Cienfuegos, même province.
  124. Andrés Avelino Domínguez Beltrán, membre du Front d’Action Civique Orlando Zapata Tamayo, a été arrêté à 9 heures du matin alors qu’ils se rendaient à un parc à La Havane.
  125. Luis Andrés Domínguez Sardiñas, membre du Front d’Action Civique Orlando Zapata Tamayo, a été arrêté à 9 heures du matin alors qu’ils se rendaient à un parc à La Havane.
  126. Ricardo Luna Rodríguez, membre du Front d’Action Civique Orlando Zapata Tamayo, a été arrêté à 9 heures du matin alors qu’ils se rendaient à un parc à La Havane.
  127. Emir González Janero, membre du Front d’Action Civique Orlando Zapata Tamayo, a été arrêté à 9 heures du matin alors qu’ils se rendaient à un parc à La Havane.
  128. Francisco García Puniel, membre du Front d’Action Civique Orlando Zapata Tamayo, a été arrêté à 9 heures du matin alors qu’il se rendait à un parc à La Havane.
  129. Hugo Damián Prieto Blanco, membre du Front d’Action Civique Orlando Zapata Tamayo, a été arrêté à 9 heures du matin alors qu’ils se rendaient à un parc à La Havane.
  130. Yanier Jouvers Cisneros, membre de l’UNPACU, détenu à Guantanamo dans l’unité 24 du parc 24 pendant 8 heures.
  131. Juana Amanda Batista Ríos, avec carte d’identité 94121628896, domiciliée à Reparto Abel Santamaría et téléphone (+53) 53008792. Détenue pendant 8 heures sur des routes publiques par «Frank» et d’autres inconnus, conduite en patrouille de police pour se rendre à l’unité # 2 Condamné à une amende de 500 CUC.
  132. Enrique Mustelier Sosa, militant de l’UNPACU, de Guantanamo, avec carte d’identité 82122932365 et téléphone (+53) 58133818, arrêté alors qu’il se rendait à la manifestation.
  133. Rubislandy Ávila González, une militante de l’UNPACU de Jovellanos, Matanzas, arrêtée alors qu’elle se rendait à la manifestation.
  134. Licet María Santos Moreno, une militante de l’UNPACU de Jovellanos, Matanzas, arrêtée alors qu’elle se rendait à la manifestation.
  135. Marbelis Morales Moreno, un militant de l’UNPACU de Jovellanos, Matanzas, arrêté alors qu’il se rendait à la manifestation
  136. Maikel Guzmán Acosta, de Jovellanos à Matanzas, a été arrêté alors qu’il se rendait à la manifestation.
  137. Roberto Jerez Aguilera, de Jovellanos, Matanzas, arrêté alors qu’il se rendait à la manifestation.
  138. Onelvis Flores Hechevarría, de Jovellanos, Matanzas, arrêté alors qu’il se rendait à la manifestation.
  139. Sidni Ramos Martinez, de Jovellanos (Matanzas), arrêté alors qu’il se rendait à la manifestation.
  140. Dayana Brito Santos, de Jovellanos, dans le Matanzas, arrêtée alors qu’elle se rendait à la manifestation.
  141. Adrián Semaná Maceo, de Jovellanos, Matanzas, arrêté lorsqu’il s’est rendu à la manifestation.

5. Analyse de l’accord UE-Cuba: un ultimatum doit être donné ou son application arrêtée

L’accord de dialogue politique et de coopération entre l’Union européenne et ses États membres avec Cuba fait l’objet d’une violation flagrante depuis le début de son application, et se voit encore accentué, du moins aux articles 1.5, 2c), 5 et 22

L’Union européenne ne peut pas continuer à admettre l’innommable violation qui est commise de manière systématique dans le cadre de cet accord.

La situation des prisonniers politiques ne peut s’être détériorée ces dernières années. Bien qu’en 2015, 53 d’entre eux aient été libérés d’une liste de cent, la liste approuvée par Amnesty International regroupant 71 condamnés reconnus coupables de la conscience de prisonniers détenus à Cuba, dont le 27 août 2019 a donné le nom, simple échantillon, 5 prisonniers d’opinion, nous devons ajouter 24 autres condamnés à des peines de prison, ainsi que 30 autres prisonniers politiques. Et nous annonçons que 3 autres prisonniers politiques sont entrés en prison ces jours-ci et seront ajoutés à cette liste, ce qui donne un total de 74 condamnés pour conscience, 24 condamnés pour conscience et 30 autres prisonniers politiques. C’est-à-dire qu’en dépit de la libération des peines imposées à plusieurs dizaines de prisonniers politiques au cours de ces dernières années, la liste s’est allongée pour atteindre au moins 128 prisonniers pour des raisons politiques.

À tout cela, il faut ajouter 10 000 citoyens condamnés à une peine de pré-condamnation, c’est-à-dire sans avoir commis de crime ou en état de tentative, ou les plus de 25 000 professionnels de la santé appelés «déserteurs» qui, lorsqu’ils ne reviennent pas à Cuba pour avoir échappé à l’esclavage des travaux publics, aux missions à l’étranger, devaient passer huit ans sans revenir à Cuba, sans voir leurs enfants et leurs proches, aux termes de l’article 135 du Code pénal de Cuba qui les condamne à 8 longues années d’emprisonnement sur l’île, ou aux milliers de détentions arbitraires qui se produisent chaque année à Cuba et qui ont été intégralement rapportées à la Commission européenne, ou aux preuves récentes selon lesquelles Cuba est l’architecte de la situation au Venezuela et au Nicaragua, ou la liste de 20 violations extrêmement graves des droits de l’homme détaillées dans le rapport réputé d’Amnesty International de 2017 et que Cuba n’a rien fait pour remédier à la situation.

Pour Prisoners Defenders, il est malheureusement scandaleux que l’Union européenne, au lieu de s’aligner sur les politiques et actions qui mettent fin aux violations des droits de l’homme, s’aligne sur les politiques d’investissement des entreprises à but lucratif de l’île, peuplées de 11 millions de personnes. ce que l’on peut appeler des esclaves sans droits du travail ni syndicaux, si ce n’est qu’appartenir aux organisations du Parti Communiste de pensée unique et de contrôle absolu.

Cuba n’est pas seulement un pays qui viole les droits de l’homme. Il exporte ces violations vers son environnement international avec le grave danger de déstabiliser davantage toute une région du monde qui a besoin de démocraties stables lui permettant de se développer.

Nous demandons instamment à l’Union européenne d’instaurer un ultimatum, dans le but clair que, s’il ne prenait pas effet, il serait immédiatement mis fin à un accord qui, loin d’avoir eu des effets positifs, servira à ce que l’effet de levier de ses économies et de ses entreprises et attache les mains et les pieds aux diplomates qui, présents sur l’île, s’aperçoivent impuissants que leur capacité à défendre les droits de l’homme est de moins en moins.

Javier Larrondo, Président de Prisoners Defenders, a déclaré: «L’Union européenne doit donner à Cuba un ultimatum sur des droits de l’homme qui doivent être définitifs. Ou tous les prisonniers politiques sont libérés, les représailles contre les professionnels en mission sont éliminées, la liberté d’association et l’expression de la conscience sont autorisées sur l’île, le droit minimum de liberté syndicale est accordé aux travailleurs et la liberté de pensée et d’association politique sont autorisées, entre autres violations très graves des droits humains sur l’île, telles que la discrimination raciale ou des raisons de sexe et de pensée, parmi des dizaines d’autres violations flagrantes qui ont été bien décrites par Amnesty International dans son rapport de 2017 sur Cuba, ou l’Union Européenne devrait immédiatement sortir d’un accord qui entretient l’instabilité d’une région et rend l’Union Européenne, de facto, co-responsable et complice par omission de ce qui se passe dans cette région. “

Ensuite, nous exposons les articles violés de manière flagrante dans l’Accord entre l’Union Européenne et Cuba:

ARTICLE 1

Principes:

5) Le respect et la promotion des principes démocratiques, de tous les droits de l’homme et de toutes les libertés fondamentales consacrés dans la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme et dans les principaux instruments internationaux relatifs aux droits de l’homme et leurs protocoles facultatifs, applicables aux Parties. et le respect de l’État de Droit constituent un élément essentiel du présent Accord.

ARTICLE 2

Objectifs

Les Parties conviennent que les objectifs du présent Accord sont les suivants:

c) Établir un dialogue axé aux résultats sur la base du Droit International, dans le but de renforcer la coopération bilatérale et la participation mutuelle aux forums internationaux, en particulier aux Nations Unies, en vue de renforcer les droits de l’homme et la démocratie, la réalisation du développement durable et l’élimination de la discrimination sous tous ses aspects.

ARTICLE 5

Droits humains

Dans le cadre du dialogue politique mondial, les Parties sont convenues d’instaurer un dialogue sur les droits de l’homme en vue d’améliorer la coopération pratique entre elles, aux niveaux tant multilatéral que bilatéral. L’ordre du jour de chaque séance de dialogue sera convenu par les Parties, reflétant leurs intérêts respectifs et garantissant que les droits civils et politiques ainsi que les droits économiques, sociaux et culturels sont traités de manière équilibrée.

ARTICLE 22

Démocratie et droits de l’homme

1.      Gardant à l’esprit que la protection et la promotion des droits de l’homme et des libertés fondamentales est la responsabilité des gouvernements, en tenant compte de l’importance des particularités nationales et régionales et de divers contextes historiques, culturels et religieux, et en reconnaissant que c’est son devoir de protéger tous les droits de l’homme et les libertés fondamentales indépendamment de leurs systèmes politiques, économiques et culturels, les Parties conviennent de coopérer dans le domaine de la démocratie et des droits de l’homme.

2.      Les Parties reconnaissent que la démocratie repose sur la liberté du peuple, librement exprimé, de définir son propre régime politique, économique, social et culturel et de participer pleinement à tous les aspects de la vie.

3.      Les Parties conviennent de coopérer au renforcement de la démocratie et à sa capacité à appliquer les principes et pratiques de la démocratie et des droits de l’homme, y compris les droits des minorités.

4.      La coopération peut inclure, entre autres, des activités mutuellement convenues entre les Parties dans le but de:

a) respecter et appliquer pleinement la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme, et promouvoir et protéger les droits civils, politiques, économiques, sociaux et culturels de toutes les personnes;

b) traiter les droits de l’homme dans le monde entier, de manière juste et équitable, sur un pied d’égalité, en reconnaissant le même accent, reconnaissant que tous les droits de l’homme sont universels, indivisibles, interdépendants et ils sont liés les uns aux autres ;

c) mettre en œuvre efficacement les instruments et protocoles facultatifs relatifs aux droits de l’homme applicables à chacune des Parties, ainsi que les recommandations des organes de défense des droits de l’homme des Nations Unies qu’ils ont acceptées;

d) intégrer la protection et la promotion des droits de l’homme dans les politiques internes et les plans de développement;

e) sensibiliser et éduquer aux droits de l’homme, à la démocratie et à la culture de la paix;

f) renforcer les institutions démocratiques et liées aux droits de l’homme, ainsi que les cadres juridiques et institutionnels pour la promotion et la protection des droits de l’homme;

g) développer des initiatives communes d’intérêt mutuel dans le cadre des forums multilatéraux pertinents.

6. Liste des raids d’hébergement en 2019 seulement à l’UNPACU avant septembre

VOIR LE TABLEAU COMPLET DES RAIDS EN PDF ICI: (Français / Español / English)

SUR CUBAN PRISONERS DEFENDERS

Cuban Prisoners Defenders est un groupe indépendant d’analyses, d’études et d’actions, qui collabore avec tous les groupes dissidents de l’île et les proches des prisonniers politiques pour recueillir des informations et promouvoir la liberté de tous les prisonniers politiques, ainsi que pour tenir à jour, chaque semaine, les listes des convicts de conscience, prisonniers politiques et cas plus longs en prison. Cuban Prisoners Defenders fait partie de Prisoners Defenders International Network, une association légalement établie basée à Madrid, Espagne, dont l’adresse Internet est www.prisonersdefenders.org.

Le groupe de Cuba est coordonné par Iván Hernández Carrillo (ASIC), Adolfo Fernández Sainz (FNCA) et Javier Larrondo (UNPACU), sans que cettes organisations auxquelles ils appartiennent contrôlent ou supervisent le même dans aucun degré, permettant ainsi un travail dédié à tous. prisonniers politiques sans distinction et sur un pied d’égalité. Au bureau de Madrid, les rapports juridiques sont fournis par un autre des fondateurs de Prisoners Defenders, l’avocat pénal international D. Sebastián Rivero, qui, entre d’autres expériences, a été juriste collaborateur de l’Ambassadeur Permanent d’Espagne auprès de l’Organisation des Nations Unies. L’organisation compte également avec parrainers divers et de toutes idéologies, parmi lesquels plusieurs députés du Congrès des Députés espagnols de différents partis, ainsi que M. Blas Jesús Imbroda, ancien Président de l’Association de l’Ordre des Avocats Pénal International(2017-2019) et Doyen de l’Ordre de Melilla.

Les travaux de Cuban Prisoners Defenders sont adoptés par de nombreuses institutions et sont envoyés, notamment, aux FNCA, ASIC, UNPACU, Amnesty International, Human Rights Watch, Commission Interaméricaine des Droits de l’Homme, Organisation des États Américains, Parlement Européen, Congrès et Sénat des États-Unis, Ministère des Affaires Étrangères d’Espagne, Fondation Transition Espagnole, International Institute on Race, Equality and Human Rights, FANTU, Parti pour la Démocratie Pedro Luis Boitel, Collège Indépendant de Pédagogues de Cuba et Mouvement des Citoyens, Réflexion et Réconciliation, parmi de nombreuses autres institutions et organisations.

DEMANDE DE RAPPORTS: Entités souhaitant recevoir les travaux de Cuban Prisoners Defenders (liste des prisonniers politiques et de conscience, études juridiques sur les prisonniers politiques, études juridique-légaux sur Cuba, études sur la répression et les prisons à Cuba, etc.) et qui ne les reçoivent encore pas régulièrement, peuvent contacter Prisoners Defenders à info@prisonersdefenders.org ou par téléphone / whatsapp au +34 647564741. Notre site Web est www.prisonersdefenders.org. De plus, notre Twitter officiel est @CubanDefenders.

Share:

Author: Prisoners Defenders

Deja un comentario

Tu dirección de correo electrónico no será publicada. Los campos obligatorios están marcados con *