Amnesty International condamne les abus contre José Daniel Ferrer

Cuban Prisoners Defenders Bars 400

Communiqué de presse de Cuban Prisoners Defenders, 8 octobre 2019 :

COMMUNIQUÉ DE PRESSE EN PDF

APRES L’ASSAUT DE SA MAISON PAR DES FORCES SPECIALES, SA DÉTENTION ET SA DISPARITION …

  • Le matin du 1er octobre à Santiago de Cuba, la maison de José Daniel Ferrer, coordinateur général de l’UNPACU, prisonnier d’opinion d’Amnesty International, Prix international des droits de l’homme du FHC et Prix de la démocratie NED, a été agressée par des forces spéciales placées sous le commandement direct de Raúl Castro. Ils ont violemment violé la porte et agressé sa maison, volant des tables, des chaises, de la nourriture et des appareils électroménagers, en présence de quatre enfants, dont deux âgés de moins de deux ans. Sans aucune accusation contre qui que ce soit, lui et 3 autres militants ont été arrêtés (Fernando González Vaillant, José Pupo Chaveco et Roilán Zárraga Ferrer) et ont eté “disparu” pendant des jours sans que leur proches ne sachent où ils se trouvaient.
  • Le lendemain, mercredi 2 octobre, des sources européennes ont informé l’UNPACU ce week-end qu’elles auraient reçu l’engagement du gouvernement cubain qu’il s’agissait d’une «enquête», mais qu’ils libéreraient immédiatement Ferrer. Comme indiqué, ils les auraient crus. Si cela était vrai, le régime aurait de nouveau trompé l’Union européenne et aurait pris le temps de préparer une farce protégée par le notoire silence public de l’UE. Entre-temps, les diplomates eux-mêmes n’ont rien dit aux proches, qui ne savaient pas où se trouvait l’état de Ferrer ni s’il était mort ou vivant, jusqu’au 4 octobre, date à laquelle ils auraient communiqué ce fait à des tiers. Vraiment embarrassant et non qualifiable. Serait-ce un acte digne? Il suffit de se mettre à la place de la famille pour savoir que le «petit jeu» diplomatique de la confidentialité n’aurait dans ce cas été qualifié plus que de collusion et de complicité avec le capteur en matière de détention arbitraire et de disparition forcée, crimes contre l’humanité qui sont punis par les lois de leurs pays d’origine.
  • Les enquêtes menées par l’UNPACU ont permis de confirmer que la sécurité de l’État avait menacé ses voisins de témoigner contre Ferrer pour avoir agressé un citoyen, Sergio García González, avec lequel Ferrer n’avait eu aucune altercation. Pour prouver la farce qu’ils préparent, l’UNPACU a enregistré des témoignages de personnes comme Sandy Ramírez, qui avait été menacé de signature, sous de graves menaces, de faux témoignage sur José Daniel, ou l’épouse de Sergio García González confirmant que Sergio avait été blessé par une chute sur sa moto et après plusieurs jours de douleur, lorsqu’il se rendait à l’hôpital, il a été menacé par la Sûreté de l’État afin de lui dire que ces blessures avaient bien été causées par Ferrer. Tout cela démantèle les préparatifs de la farce (regarder la vidéo).
  • José Daniel est toujours détenu à l’unité de sécurité de l’État de Versailles à Santiago de Cuba, un centre de police pour personnes en détention et sous la torture. Ils n’ont pas permis à sa femme, un médecin, de laisser ses médicaments pour son ulcère à l’estomac et la dernière fois qu’il l’a vu, il était en mauvaise santé.

Condamnation d’Amnesty International

Amnesty International a publié ce matin une déclaration (voir communiqué) dans laquelle elle condamne l’arrestation de José Daniel Ferrer. D’une part, il condamne la manière dont cela s’est passé, sans accusation ni information sur les raisons. Deuxièmement, être privé d’une audience devant un juge en tout temps. Troisièmement, le maintenir totalement au secret et sans que ses proches ne sachent où il se trouve pendant au moins 72 heures. Ce sont tous des droits fondamentaux d’un détenu. Pour toutes ces raisons, indiquent-ils, l’arrestation doit qualifier tous les paramètres d ‘ « arrestation arbitraire », ce qui, ajouté à sa longue disparition forcée, est, en droit international, un crime contre l’humanité.

Selon Amnesty International, José Daniel Ferrer « devrait être immédiatement informé des raisons de sa détention, ou, d’une autre manière, relâché ». « José Daniel Ferrer García avait déjà été emprisonné, harcelé et intimidé pendant plus de dix ans par les autorités cubaines en raison de son activisme politique. Sa détention fait suite à la nomination par Amnesty International de six prisonniers d’opinion en moins de deux mois. »

C’est ainsi que sont décrites la situation des libertés fondamentales de José Daniel Ferrer, dirigeant visible du mouvement des droits de l’homme à Cuba, ainsi que l’aggravation notable, comme on ne le savait pas depuis 2003, de la répression à Cuba.

Comme l’indique l’un des journaux les plus importants d’Espagne, ABC, ces derniers jours, de nombreuses dénonciations de cette détention ont eu lieu, comme celle du secrétaire de l’Organisation des États américains (OEA), Luis Almagro, par le biais de son Compte Twitter: «Nous condamnons fermement la détention arbitraire du défenseur des droits de l’homme et dirigeant du #UNPACU @jdanielferrer par le régime de Castro. La liberté maintenant #OEAconCuba ». Le sénateur républicain d’origine cubaine, Marcos Rubio, avait également montré son rejet: «On ignore où se trouvent @jdanielferrer, coordinateur général du #UNPACU, et plusieurs activistes de l’organisation. Quelle est la peur du régime avec ces membres, alors qu’ils insistent pour faire taire leur voix? RIEN n’arrêtera ces militants dans leur combat pour une #CubaLibre.

Les diplomates européens auraient pu connaître la situation de Ferrer et l’auraient cachée

Les diplomates de l’Union européenne auraient pu connaître, tout au long du 2 octobre, José Daniel Ferrer, alors que les proches de ce dernier seraient absents et forcés de disparaître. Ils auraient également su où il se trouvait. C’est ainsi que des sources diplomatiques ont informé l’UNPACU ce week-end, comme nous l’avons confirmé par des sources de UNPACU. Mais aucun diplomate n’a rien dit aux membres de la famille avant. Est-ce que la collusion avec le régime est si grande que même les gestes humanitaires minimaux ne seraient pas présents dans leurs procédures avec les proches du détenu ? Ceux-ci sont restés sans préavis au sujet de José Daniel pendant 72 longues heures, jusqu’au 4 octobre. Ils craignaient même pour sa vie.

Est-ce la manière dont l’Union européenne s’efforcerait d’obtenir quelque chose de positif dans ses actions ? Est-ce les diplomates européens accepteraient-ils qu’un de ses parents, son père, sa mère, son mari, sa femme, ait été kidnappé et qu’un autre diplomate le sache et se taise en collusion avec les ravisseurs ? Ce serait vraiment non qualifiable.

Appel à l’Union européenne

L’Union européenne doit être consciente que, tout en entretenant un dialogue et des relations apparemment fantastiques avec Cuba, elle alimente directement deux des piliers de la dictature de Castro (facilitant la propagande de la fausse supériorité idéologique et des relations internationales) et, encore plus, favorise l’obtention de fonds à la fois de l’Union européenne et le financement qui permet au régime de garantir les relations et les projets en cours, et tant qu’il ne rend pas visible et légitime la véritable société civile de Cuba, ni ne condamne jamais publiquement ces actes (comme a fait la Commission Européenne) la répression contre les défenseurs des droits de l’homme se renforcera comme il y a fait l’année dernière, atteignant son apogée en septembre avec la visite de Mme Moguerini, avec plus de 480 arrestations arbitraires et quatre nouveaux prisonniers politiques emprisonnés par le régime ce mois dernier

Nous appelons l’Union européenne, en particulier la Commission, à faire preuve de courage et à être conforme à ses principes et à démontrer publiquement que les droits de l’homme sont le pilier des relations avec Cuba, et condamnons respectueusement mais fermement cette attaque, les huit rounds et les centaines des détentions survenues à la fois lors de la visite de Mme Moguerini et au mois de septembre.

Ne pas agir de la sorte met en danger la vie et l’intégrité physique de José Daniel Ferrer, frappé d’une violence extrême chaque fois qu’il est arrêté alors qu’il est interrogé et menacé dans les cachots des centres de détention, ainsi que de nombreux défenseurs des droits humains, et a la même fois que avec les meilleures intentions, néanmoins la CE favorise les conditions pour que la répression à Cuba augmente de manière disproportionnée.

D’entité avec des bonnes intentions, la Commission européenne est en train de devenir une entité qui, par négligence ou naïveté, met en danger la vie, l’intégrité et la santé de défenseurs des droits de l’homme à Cuba.

LISEZ LE COMMUNIQUE COMPLET D’AMNESTY INTERNATIONAL

SUR CUBAN PRISONERS DEFENDERS

Cuban Prisoners Defenders est un groupe indépendant d’analyses, d’études et d’actions, qui collabore avec tous les groupes dissidents de l’île et les proches des prisonniers politiques pour recueillir des informations et promouvoir la liberté de tous les prisonniers politiques, ainsi que pour tenir à jour, chaque semaine, les listes des convicts de conscience, prisonniers politiques et cas plus longs en prison. Cuban Prisoners Defenders fait partie de Prisoners Defenders International Network, une association légalement établie basée à Madrid, Espagne, dont l’adresse Internet est www.prisonersdefenders.org.

Le groupe de Cuba est coordonné par Iván Hernández Carrillo (ASIC), Adolfo Fernández Sainz (FNCA) et Javier Larrondo (UNPACU), sans que ces organisations auxquelles ils appartiennent contrôlent ou supervisent le même dans aucun degré, permettant ainsi un travail dédié à tous prisonniers politiques sans distinction et sur un pied d’égalité. Au bureau de Madrid, les rapports juridiques sont fournis par un autre des fondateurs de Prisoners Defenders, l’avocat pénal international D. Sebastián Rivero, qui, entre d’autres expériences, a été juriste collaborateur de l’Ambassadeur Permanent d’Espagne auprès de l’Organisation des Nations Unies. L’organisation compte également avec parrainer divers et de toutes idéologies, parmi lesquels plusieurs députés du Congrès des Députés espagnols de différents partis, ainsi que M. Blas Jesús Imbroda, ancien Président de l’Association de l’Ordre des Avocats Pénal International (2017-2019) et Doyen de l’Ordre de Melilla.

Les travaux de Cuban Prisoners Defenders sont adoptés par de nombreuses institutions et sont envoyés, notamment, aux FNCA, ASIC, UNPACU, Amnesty International, Human Rights Watch, Commission Interaméricaine des Droits de l’Homme, Organisation des États Américains, Parlement Européen, Congrès et Sénat des États-Unis, Ministère des Affaires Étrangères d’Espagne, Fondation Transition Espagnole, International Institute on Race, Equality and Human Rights, FANTU, Parti pour la Démocratie Pedro Luis Boitel, Collège Indépendant de Pédagogues de Cuba et Mouvement des Citoyens, Réflexion et Réconciliation, parmi de nombreuses autres institutions et organisations.

DEMANDE DE RAPPORTS: Entités souhaitant recevoir les travaux de Cuban Prisoners Defenders (liste des prisonniers politiques et de conscience, études juridiques sur les prisonniers politiques, études juridique-légaux sur Cuba, études sur la répression et les prisons à Cuba, etc.) et qui ne les reçoivent encore pas régulièrement, peuvent contacter Prisoners Defenders à info@prisonersdefenders.org ou par téléphone / whatsapp au +34 647564741. Notre site Web est www.prisonersdefenders.org. De plus, notre Twitter officiel est @CubanDefenders.

Share:

Author: Prisoners Defenders

Deja un comentario

Tu dirección de correo electrónico no será publicada. Los campos obligatorios están marcados con *